Valé-BSGR, Alpha Condé, Soros et le Simandou : Des révélations qui interpellent…

Mines

Simandou 1 et 2, objet de bras de fer permanent entre des géants miniers, tout au long des dix années de règne d’Alpha Condé, fait encore parler de lui. Cette fois-ci sur un tout autre pan. Les dessous du retrait de la société brésilienne Valé et du rôle joué par le milliardaire américain Georges Soros, ancien bras droit d’Alpha Condé. De quoi s’agit-il ici ?

Contrairement à la Société Rio Tinto qui avait été sommée de payer directement 750 millions de dollars américains au gouvernement guinéen, pour obtenir sa « tranquillité face aux menaces » dont il faisait l’objet de la part du régime d’alors, la Société  Brésilienne  Valé-BSGR  quant  à  elle, s'est vue retirer des blocs 1 et 2 de sa Concession  minière  de Simandou  pour avoir refusé de verser 500 millions  de  dollars  américains  à  Georges  Soros, ex associé  direct du président  Alpha  Condé, que certains médias avaient surnommé « l'empereur des mines ».

Si les nouvelles autorités veulent jeter le regard sur un certain nombre de dérapages érigés en système de Gouvernance par l’ancien régime, il ne faut pas s’étonner. Dès le départ, les guinéens ont unanimement accueilli la décision du CNRD dirigé par le Colonel Mamadi Doumbouya, qui veut en finir avec la gabegie financière en mettant en place un Comité d’audit dans le but d’entamer des investigations sur les malversations financières qui ont jalonné le régime d'Alpha Condé.

Alors qu’on annonce des découvertes de richesses appartenant à d’anciens dirigeants qui ont freiné la Guinée dans son Développement avec des centaines de millions de dollars dilapidés, la gestion catastrophique et opaque du Cadastre minier Guinéen, est un autre secteur vers lequel les nouvelles autorités doivent tourner leur regard.

Pendant près de 11 ans, les vrais amis d’Alpha Condé, Georges Soros, Bernard Kouchner etc se permettaient même de négocier des Contrats avec les Sociétés minières. Sinon, pourquoi, Georges Soros avait demandé que la Société Brésilienne Valé-BSGR lui paie les 500 millions de dollars us ?  Était-il le receveur principal de la République de Guinée ?

Ce sont donc les mêmes magouilles qu'ils avaient proféré vis-à-vis de la Société Rio Tinto, où selon des sources dignes de foi, cette Société avait été obligée de verser 750 Millions de dollars américains dans un compte off-shore sur le dos du peuple de Guinée. A part les amis du président Alpha, aucun guinéen ne connaît la destination réelle de ces montants versés par Rio Tinto.

La Société BHP/Billinton, la plus grande Société minière au Monde, avait été forcée de quitter le pays, après avoir investi plusieurs millions de dollars américains sur le mont Nimba. Sans oublier la Société Brésilienne Valé-BSGR qui avait investi plus d’un milliard de dollars américains.

Georges Soros, parrain du président Alpha Condé, demanda via un échange de mails (Anglais-Portugais), de lui verser 500 Millions de dollars américains afin de laisser libre la Société Valé-BSGR, à continuer de travailler tranquillement comme, l'avait fait Rio Tinto. Puisque la Société   Valé-BSGR n’était pas du goût de cette demande, c'est ainsi qu’on a fabriqué toutes sortes de montages afin de dévaster le projet de la Société Brésilienne Valé-BSGR(VBG) qui, dit-on, n’avait pas répondu de manière favorable, à la demande de Soros.

Lire aussi- Guinée: Comment le milliardaire Georges Soros a soutenu Alpha Condé?

Pourtant, la Construction du Chemin de fer Conakry-Kankan, la Construction d’un Aéroport international à N'Zérékoré, des logements sociaux pour les travailleurs, ainsi que de la création de plus de 100.000 emplois directs et indirects, étaient entre autres ambitions phares de la Société Brésilienne qui avait même fixé l'expédition de la première tonne commerciale de son minerai dès 2012. Ce qui aurait permis à la Guinée, d’engranger un bénéfice net, compris entre 500 millions à 1 milliard de dollars américains de recettes annuelles et procurer au pays les chances de cesser de quémander de l'argent devant les institutions étrangères.

Le plus dérangeant est que le départ de ces entreprises a aussi favorisé l’immigration clandestine chez les jeunes dignement nés au pays, la Guinée, un pays qui se trouve classé deuxième sur la liste de l’immigration vers l’Occident, juste derrière l’Afghanistan.

Le temps de la Justice est venu. Les nouvelles autorités du pays placent dorénavant la Justice au centre de l'orientation de toutes les décisions gouvernementales.  Et c'est dans cette optique que la décision des nouvelles autorités de Réviser les Contrats en difficulté sous le régime d’Alpha Condé, est vivement appréciée par la population.

Et, si on parlait du projet de Construction du chemin de fer Conakry-Kankan ?

Le président Alpha Condé, avait fait le calcul d'annuler le projet du Chemin de fer de Valé-BSGR et, il   avait personnellement expliqué aux populations riveraines qu'il allait réaliser, lui-même, les Chemins   de fer qui doivent quitter de Conakry jusqu’à Bobo Dioulasso (Burkina Faso).  

Oui, en effet, après avoir détruit le projet de Valé-BSGR pour la construction du Chemin de fer Conakry-Kankan de plus d'un milliard de dollars us, intégralement financé par cette Société, plus de 11 ans sont passés, Alpha Condé n'a pas pu poser  un seul kilomètre. Et à chaque fois qu'il était coincé sur ce projet, devant ses électeurs de Kankan, il envoie des inconnus coréens, pour aller faire des levés topographiques dans le Centre-ville de Kankan, une façon de tromper sa propre population et de récolter leur vote.

Certains guinéens avaient très tôt découvert les magouilles du régime d’Alpha Condé bien avant son arrivée au Pouvoir dans le feuilleton de Palladino. Un scandale dans lequel un candidat à la présidentielle qui s'était déjà vu dans le fauteuil avait anticipé de préparer le terrain dans le but de reprendre tous les actifs miniers guinéens pour des raisons que l’on connait.  Raison de plus pour les nouvelles autorités de braquer la boussole de la justice vers cet autre passé sulfureux de l'histoire récente minière du pays.

Affaire à suivre...

 

Guinéen Patriote

 

 
Créé le Lundi 25 octobre 2021 à 20:21