Mamadou Sylla : "Je crains qu’Alpha Condé ne déstabilise le pays si on le laisse partir… "

Guinée
Elhadj Mamadou Sylla, ancien Chef de file de l'opposition guinéenne
Elhadj Mamadou Sylla, ancien Chef de file de l'opposition guinéenne

CONAKRY- S'il est favorable à la libération d'Alpha Condé, en revanche l’opposant Mamadou Sylla n’est pas d’accord avec l’option de le laisser partir à l’étranger. Dans une interview qu’il a accordée à Africaguinee.com, à paraître très prochainement, l’ancien chef de file de l’opposition, estime que laisser le président déchu s’installer en dehors de la Guinée, est un risque énorme pour la stabilité du pays. Il craint que le chef d’État renversé, n'utilise ses moyens et ses relations, pour orchestrer des actions subversives et déstabilisatrices contre la Guinée, pays qu’il a géré pendant onze ans. Extrait.

« En tant qu’humain, je pense qu’on doit le (Alpha Condé, Ndlr) libérer.  Mais le laisser sortir du pays, je ne suis pas pour cela. Et heureusement tout ce que je dis aujourd’hui, aucun guinéen ne dira que j’ai retourné ma veste. Souvent votre site m’a interviewé, et tout ce que l’ancien chef d’État faisait je le dénonçais. Étant très proche du président Lansana Conté, je sais comment on a géré les incursions rebelles en 2000.

Quand Alpha Condé est arrivé au pouvoir on en a parlé et il m’a dit un jour, comme Lansana Conté ne voulait pas partir par les urnes, lui, il voulait le faire partir par les armes. Il y a eu des gens qui ont d’ailleurs déclaré à son siège qu’ils ont fait partie de la rébellion et que leur chef était le professeur Alpha Condé. C’est cette rébellion qui avait tué le colonel Panival Sama Bangoura. C’est pourquoi j’ai peur qu’on ne laisse partir libre hors du pays. Il a l’argent, il a assez des relations. Donc je crains qu’il ne déstabilise le pays à nouveau. C’est clair et net.

Je puis dire que toutes les factures que j’ai eu à émettre quand je fournissais l’armée en matériels pendant cette incursion rebelle, il m’avait reproché en disant que je les ai empêchés de venir. C’est tout ce qui fait qu’il n’avait pas payé la facture des matériels que j’avais livré à l’armée. Tout ceci pour vous dire que je suis un témoin oculaire dans cette affaire-là. Je crains qu’il ne reprenne cela quand il sera libre et à l’extérieur du pays. Il faut le libérer, mais il faut le garder en Guinée ici pour qu’on veille sur lui ».

A suivre...

 

Africaguinee.com

Créé le Dimanche 12 septembre 2021 à 20:46