Gbagbo reçu par Ouattara : Mamadou Sylla interpelle Alpha Condé…

Guinée
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition guinéenne
Elhadj Mamadou Sylla, chef de file de l'opposition guinéenne

CONAKRY-Ce sont des images qui ont fait presque le tour de la planète : La rencontre, mardi 27 juillet, entre Alassane Ouattara, l'actuel président de la Côte d'Ivoire et Laurent Gbagbo, son ancien rival. Alors que cette rencontre (improbable dans un passé récent) continue d'alimenter les débats, le Chef de file de l'opposition guinéenne, interrogé ce mercredi 28 juillet 2021, par Africaguinee.com, a interpelé le président guinéen Alpha Condé.

"La rencontre entre Ouattra et Gbagbo est une bonne chose. Cela veut dire que le peuple ivoirien a le cœur de se pardonner, se parler, se donner la main pour le bien de leur pays. C'est ce qu'on a vu hier, et c'est l'enseignement qu'on peut tirer de cette rencontre. Malgré qu'il y ait eu plus de 3000 morts, mais à  partir d'hier, la hache de guerre a été enterré", a réagi Elhadj Mamadou Sylla.

L'opposant précise que depuis qu'il est  venu en politique, il y a à peu près 12 ans, son action s'est toujours inscrite dans le cadre du dialogue entre les guinéens. Il invite le président Alpha Condé à se mettre au-dessus de la mêlée pour réconcilier les guinéens.

Lire aussi-Ouattara reçoit Gbagbo : un coup d'accélérateur au processus de réconciliation...

"Chez nous aussi, le Président peut prendre l'initiative d'aller même voir ceux qu'on considère comme étant de l'opposition radicale (Cellou Dalein, Sidya Touré, Lansana Kouyaté) ou m'appeler moi-même. Personne ne va refuser son appel s'il s'agit de la Guinée. Je crois que Dieu lui a donné la chance de gérer notre pays, il n'a qu'à se mettre là. Puisque s'il n'y pas la paix, c'est sûr qu'il ne va avoir beaucoup de résultat. Il faut qu'il fasse tout pour que les guinéens se réconcilient entre eux", a lancé le Chef de file de l'opposition.

"Lorsque j'ai été élu chef de file de l'opposition, j'ai pris mon bâton de pèlerin pour rencontrer toutes les institutions  du pays, les différentes ambassades accréditées en Guinée, la CEDEAO, les Nations-Unies. J'ai rencontré avec mon cabinet le Président de la République, auquel, on n'a pas manqué de signaler notre souci de la paix et de la quiétude dans le pays", a-t-il rappelé, déplorant le fait qu'en Guinée les bonnes initiatives ne sont pas suivies de manière pérenne.

"Chez nous, on sait parler, prendre de bonnes initiatives, mais après on oublie tout dans les tiroirs, on n'applique les lois. Sinon on a été les premiers à impulser le cadre de dialogue avant la Côte d'Ivoire avec cette rencontre hier entre Gbagbo et Ouattara. Il y a de cela sept mois depuis que le Président a créé le cadre de dialogue permanent, mais il n'a jamais été meublé. Alors que le décret instituant le cadre de dialogue est clair : il est composé de représentants de la classe politique de la mouvance présidentielle, de l'opposition, de la présidence, de l'Assemblée nationale etc. C'est ce qui constitue son ossature, mais à ce jour, il n'y a que le Secrétaire permanent qui est nommé. Ce qui fait dire à certains aujourd'hui que ce cadre de dialogue est mort-né. A l'évidence, ça tout l'air", a observé Elhadj Mamadou Sylla.

A suivre…

 

Africaguinee.com

Créé le Mercredi 28 juillet 2021 à 17:29