Inondations à Kobaya: "j’ai tout perdu…", pleure Maimouna Bangoura, veuve

Conakry
Mme Keita Maimouna Bangoura
Mme Keita Maimouna Bangoura

CONAKRY-Les pluies diluviennes qui se sont abattues sur la capitale guinéenne Conakry la semaine dernière, ont provoqué des dégâts dans certains quartiers dans la commune de Ratoma.

C’est le cas par exemple à Kobaya Taakouïe, où plusieurs familles ont été victimes d’inondations. Il n’y a pas eu de blessés ni de perte en vie humaine, mais des sérieux dégâts matériels ont été enregistrés par endroit. Sur les lieux, des eaux stagnantes sont encore sur place. Les victimes ont perdu plusieurs objets de valeurs.

Mme Keita Maimouna Bangoura, veuve et mère de trois enfants a frôlé le pire dans la nuit du jeudi à vendredi. Elle a été réveillée par ses frères alors que l’eau avait immergée sa chambre. Rencontrée ce lundi 26 juillet 2021, elle raconte.

 « C’était dans la nuit du jeudi lorsqu’il pleuvait. Nous nous sommes couchés tôt ce jour-là. C’est tard dans la nuit, aux environs de 1 heure du matin que mes frères sont venus taper à ma porte en me disant de me lever, que l’eau est rentrée dans nos chambres. A ma descente du lit, j’ai senti mes pieds dans l’eau. Et puis, il a continué de pleuvoir avec force, et l’eau ne faisait monter que dans les chambres. Voyant cette situation, on a réussi à couper le compteur du courant. Et durant le reste des jours qu’il a plu, l’eau ne faisait que rentrer, tous les meubles que j’ai ici ont été mouillés et sont désormais gâtés », raconte Mme Keita.

Selon Lansana Bissiri Sylla, chef de quartier de Kobaya, ces inondations ont été causées par les constructions anarchiques sur les voies destinées au passage d’eau. Une version que soutient Maimouna Bangoura.

« Le passage de l’eau trop est petit, l’endroit a été obstrué. Selon nos informations, c’est le canal d’évacuation d’eau qui a été occupé par des gens. Ils y ont construit des bâtiments en bloquant l’eau. Donc, nous qui habitons à la descente, lorsqu’il pleut l’eau se trouvant bloquer, retombe dans nos maisons c’est ce qui a provoqué ces inondations. Et aujourd’hui, j’ai pratiquement tout perdu » se lamente cette victime.

 « Nous demandons au gouvernement de nous aider à trouver des canaux d’évacuations à eau pour éviter que ça ne se reproduise parce que quand c’est récurrent, cela pourrait entrainer d’autres problèmes. Ce n’est pas la première fois qu’on est victime, mais cette fois c’était très grave. Que le gouvernement nous aide, on ne doit pas bloquer le passage de l’eau parce que l’eau trouvera toujours son chemin. Qu’on nous aide parce qu’on n’a pas où aller, c’est ici chez nous, on a nos enfants, c’est ici que nos maris nous ont laissé, que le gouvernement ouvre des canaux dans le quartier pour nous éviter le pire » lance Mme Keita Maimouna Bangoura.

Le chef de quartier a toutefois indiqué dès que le drame s’est produit, le ministère de la ville et de l’habitat a dépêché une équipe pour dégager les constructions anarchiques. Sur le terrain, les faits lui donnent raison.

Selon un jeune dudit quartier, un haut cadre de l’administration serait à l'origine des malheurs que traverse le quartier. Il accuse ce dernier d'avoir construit sur le point de passage des eaux.

"Il aurait mis un pont de passage entre les clôtures afin de se rendre dans une cité où il habite. Et lorsque le ministère de la ville et de l’habitat a dépêché sur les lieux une équipe pour dégager les constructions anarchiques sur la chaussée, il aurait tenté de soudoyer ces gens afin d’abandonner la mission. Il a fallu donc une révolte des jeunes du quartier pour que les travaux soient effectués", nous a confié un jeune trouvé sur les lieux.    

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 664-72-76-28

Créé le Lundi 26 juillet 2021 à 16:30