Labé : l'UGVD accompagne les acteurs de la filière de production du fonio…

Echos de nos régions

LABE-En partenariat avec OSIWA (Open Society Intiative for West Africa), l’Union Guinéenne des Volontaires du Développement (UGVD) a organisé un atelier de restitution axé sur la participation des Groupements de Femmes dans la politique agricole du fonio.

C'est le siège de l’UGVD situé au quartier Koulidara, dans la commune urbaine de Labé qui a servi de cadre à cette restitution, après des enquêtes approfondies menées autour des groupements des productrices du fonio. Les acteurs de la filière réunis en coopératives ont été outillés lors de cette rencontre de restitution. Ils sont sortis de cet atelier, avec de nouvelles connaissances leur permettant d'améliorer considérablement leur travail dans le cadre de la production du fonio. Pour les organisateurs, cet atelier a une portée immense.

"Nous avons envoyé un consultant pour faire des enquêtes auprès des groupements. Il a produit un rapport qu'il a rendu. Maintenant, il était question d’appeler les représentants des groupements et la coopérative pour participer à la restitution. Ensuite valider cette même restitution que le consultant a inclus dans son rapport. Nous sommes là avec les cadres techniques pour trouver un consensus pour mieux appuyer les groupements à la base", a expliqué directeur exécutif de l’ONG UGVD, avant de revenir sur les attentes.

"Nous attendons qu'il y ait un changement au niveau de la base. Ce changement c’est quoi ? Nous irons leur montrer comment organiser les réunions et voir quels sont les techniciens les plus proches qui peuvent les appuyer lors de leurs activités. Nous nous attendons à un changement positif pour favoriser le rendement dans la production du fonio », a déclaré Abdourahmane Sow.  

Cette initiative de l'UGVD réjouit à plus d'un titre les productrices Fonio, d'autant que cet atelier de restitution leur a permis d’élargir leurs connaissances. Aminatou Bah, productrice de fonio à Dara-Labé témoigne : 

« Cette formation nous a été d’une grande utilité. Elle nous permettra d’être mieux outillées dans l’agriculture du fonio. Il y avait certains qui ont des lacunes par rapport à la semence, à la récolte. A partir de maintenant, je pense que ce manque à gagner est déjà compensé. La production du fonio est très importante, je souhaite que tout le monde s’implique dans la production du fonio, car c’est une denrée d’avenir. Les difficultés que nous rencontrons actuellement, sont liées au manque d’outils appropriés pour travailler vite et augmenter le rendement. A notre retour, nous partagerons les connaissances acquises ici avec l’UGVD», a expliqué cette productrice.  

Boubacar Mobhi Diallo, vice-président de la coopérative des producteurs du fonio à Labé révèle que la production de cette céréale reste un travail contraignant. C'est pourquoi, il salue l’arrivée des machines "décortiqueuses et batteuses" : « C’est une bonne idée d’avoir mis en place la coopérative des productrices du fonio. La culture du fonio est très pratiquée dans la région du Fouta et dans les autres régions du pays. Mais c’est un travail très contraignant, parce que de la production à la transformation, le travail est pénible, tout se fait à la main. Toutefois, le Président de la République a décidé d’accompagner les femmes. C’est pourquoi nous avons assisté à l’arrivée des machines décortiqueuses et batteuses de fonio distribuées au niveau des groupements des productrices», salue Boubacar Mobhi Diallo, précisant que leur coopérative regroupe l’ensemble des groupements affiliés de Mamou à Koundara.

Pour sa part, madame Aye Bobo Diallo, productrice du fonio dans la sous-préfecture de Laafou (Lélouma) affirme que cette restitution organisée par l’UGVD et OSIWA leur ouvrira de nouvelles pistes importantes dans la production du fonio. Elle reste très optimiste quant à l'avenir du secteur dans la région. "Le meilleur est à venir", assure-t-elle.

De son côté, Souleymane Diallo, président de l’union des producteurs du fonio de Sannou a salué les efforts employés par les acteurs de la filière, appuyés par leurs partenaires pour développer le secteur.

« Chacun fait un effort de son côté pour développer la production du fonio. Avec les formations, nous avons compris que le fonio guinéen, c’est de l’or dans le monde. C’est la meilleure qualité qui est produite en Guinée. Le fonio est un aliment très bon pour la santé. C’est un produit qui intéresse le monde entier, mais si vous remarquez, il y a peu de gens qui s’intéressent à sa production. Si son prix est plus élevé que le riz, c’est parce que c’est moins cultivé chez nous. Avec les sensibilisations et les formations, nous espérons attirer plus de jeunes dedans pour lutter contre le chômage. Je salue la politique agricole relative au fonio. Parce qu'elle vise à appuyer les jeunes et les femmes pour les rendre autonomes », s'est réjoui ce membre de la coopérative du projet fonio de Labé.

Chez les autorités régionales agricoles, c'est le grand soulagement. Elhadj Mohamed Touré, directeur régional de l’agriculture de Labé n'a pas tari de mots pour signifier l'importance de cet atelier de restitution. Il a salué et félicité l’UGVD pour son implication dans l'accompagnement des groupements.

 « C’est un atelier que j’apprécie dans tous ses aspects. Je dois féliciter l’UGVD qui a tout fait pour réussir cette formation des groupements des femmes, ils font tout aussi pour impliquer les medias afin que l’information soit partagée au maximum. C’est évident : l’UGVD est en train d’appuyer les coopératives des transformateurs du fonio dans notre région. Ils ont fait plusieurs autres ateliers ici que j’ai suivis avec tous les partenaires techniques. (…) C’est un soulagement pour nous la direction régionale de l’agriculture. Le fonio est une denrée très prisée dans notre région et attire l’attention d’une bonne partie dans notre pays. Sur le marché guinéen, comme sur le marché international, le fonio intéresse tout le monde. Je trouve que les participants sont très motivés à poursuivre la promotion de la culture du fonio. Les paysans sont moulés d’expérience et de connaissances. Dans la salle, tous les paysans ou paysannes qui ont pris la parole ont démontré à travers leur exposé qu’ils ont la parfaite maitrise de la terre. Ils connaissent le calendrier agricole et les variétés de fonio. Ça nous réconforte » s’est réjoui M. Touré

Alpha Ousmane Bah(AOB)

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 664 93 45 45

Créé le Mardi 06 avril 2021 à 12:00

TAGS