Lola-Des éleveurs sommés de quitter Nzo: "Si jamais je trouvais un animal…"

Guinée forestière
Image d'illustration
Image d'illustration

LOLA-La cohabitation devient de plus en plus difficile entre les éleveurs et les agriculteurs à Nzo, un district situé à une dizaine de kilomètres de la commune urbaine de Lola. Les agriculteurs accusent les éleveurs de laisser leurs bêtes dévaster les champs agricoles. Le conflit a été porté au niveau de la préfecture, qui a tapé du poing sur la table. Mais les agriculteurs se plaignent toujours de la dévastation de leurs champs et accusent certaines autorités administratives de Lola de complicité. Selon le président des jeunes de Nzo, les bœufs ont dévasté une trentaine de champs.

« C’est Yonga Junior qui a négocié pour envoyer les bœufs ici. Il était à Boké et dès son arrivée, il a dit qu’il va envoyer des bœufs et que personne ne peut l’interdire de le faire. Il a même dit qu’il a fini de négocier avec toutes les autorités de Lola à savoir la préfecture, la gendarmerie, douane, etc. Le 3 janvier, les bœufs sont entrés dans les champs et ont fait beaucoup de dégâts. Cette année, les agriculteurs étaient tellement contents de la production, mais l’affaire de bœufs a tout réduit à zéro. Les bœufs ne sont pas dans un enclos, ils sont abandonnés à eux-mêmes et continuent d'errer.

Premièrement, ils ont envoyé une délégation qui est venue faire le constat. Ils ont trouvé qu’il y a 22 personnes qui ont été victimes de dégâts. Le bilan fait 28 millions Gnf. Le préfet avait promis de faire quitter les bœufs. On a trouvé une délégation qui est venue de la commune pour une nouvelle négociation. A chaque fois que l’autorité se déplace pour venir faire le constat, les éleveurs disent que leurs bœufs sont organisés de sorte qu’ils ne les laissent pas à l’abandon. Entretemps, il y a plus de 10 autres personnes dont les champs d’aubergines, de manioc, de riz, de piments, ont été dévastés par les animaux. Nous avons été voir les patriarches, la commune, et la préfecture pour faire quitter les bœufs, mais jusque-là rien n’est fait », explique Sinepolo Bamba.

Lire aussi-Sud de la Guinée: risque de violences entre éleveurs et agriculteurs..

Alors que la cohabitation devient de plus en plus difficile entre les deux protagonistes, le préfet de Lola, interrogé sur le sujet, a déclaré avoir sommé l’éleveur de quitter les lieux. Les éleveurs ne semblent pas être les bienvenus.

« Le problème est déjà résolu ça se trouve dans les mains du maire. Puisque les animaux étaient dans une zone agricole, on a dégagé. J’ai envoyé la commune pour vérifier si effectivement, les animaux ont quitté les lieux. J’attends le rapport du maire. Ils ne doivent pas rester dans la zone agricole, c’est tout. J’ai donné un délai, c’était le 20. Si jamais, je trouvais un animal dans la zone agricole, j’allais agir autrement. Je n’anticipe pas, mais en plus de la commune, j’ai envoyé une mission policière qui va m’a rassurer que les animaux ont quitté les lieux. J’attends le rapport final de la commune. Mais vous savez les gens sont trop agité.

Ce sont eux-mêmes qui installent ces éleveurs là-bas. C’est ce problème là que j’ai. Tout récemment, il y a monsieur qui vient de se plaindre contre moi, puisque j’avais envoyé la gendarmerie pour évacuer ses animaux depuis Lainé. Il a contacté un média et même pris un avocat. Moi, je lui ai dit qu’ils vont quitter les zones agricoles obligatoirement. Je n’ai pas besoin d‘un franc d’un éleveur. Ce n’est pas mon problème. J’ai fait la Mecque, je suis assermenté, donc je vais agir comme ça et je n’ai pas besoin de l’argent d’un citoyen. Si vous avez l’habitude de corrompre les autorités, moi, ce n’est pas mon cas. Je suis la procédure judicaire. Donc, j’attends le rapport. Si ça trouve qu’ils ont quitté, il n’y a pas de problème. Mais si les animaux sont encore installés, vous entendrez les échos », menace Cheick Tourama Diakité préfet de Lola.

Toutes nos tentatives pour rentrer en contact avec l’accusé dans cette affaire sont pour le moment restées vaines. Mais la préfecture de Lola est souvent confrontée aux conflits entre éleveurs et agriculteurs.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél. : (00224) 628 80 17 43

Créé le Jeudi 25 Février 2021 à 8:20

TAGS