Pourquoi le ciel de Conakry est pollué ? Le spécialiste Dr Mamadou Lamine Bah explique…

Guinée
Dr Mamadou Lamine Bah, Directeur national de la météorologie
Dr Mamadou Lamine Bah, Directeur national de la météorologie

CONAKRY- Qu’est-ce qui pourrait bien expliquer l’apparition inhabituelle des nuages de poussière dans le ciel de Conakry ? Ce phénomène présente-t-il un risque pour les populations ? Pour répondre à ces questions, nous avons tendu notre micro au Dr Mamadou Lamine Bah, le Directeur national de la météorologie. Dans cette interview, ce spécialiste fait quelques recommandations aux populations. Exclusif !

 

AFRICAGUINEE.COM : Les populations de Conakry et de certaines villes environnantes ont été surpris ce samedi de voir des nuages de poussière dans le ciel. Quelles explications météorologiques donneriez-vous à ce phénomène ?  

DR MAMADOU LAMINE BAH : C’est une pollution, c’est-à-dire c’est une concentration des aérosols de la poussière. Ce n’est pas local parce que ce n’est pas seulement à Conakry, les mêmes situations sont observées à l’intérieur du pays comme à Koundara, Boké et au-delà. C’est un phénomène qui est observé depuis trois jours mais comme aujourd’hui tout le monde est dehors, c’est pour cela que ça attiré l’attention des gens. C’est des phénomènes qu’on a l’habitude d’observer mais qui ne sont pas très fréquents le long de nos côtes jusqu’à Conakry parce que ce n’est pas habituel qu’on constate l’harmatan le long de la côte.

Si vous vous rappelez, vers les années 2 000, je ne me rappelle pas exactement l’année, il y a eu des moments en un mois de mars où les gens étaient obligés d’allumer les phares à Conakry. Actuellement en hiver, dans l’hémisphère nord, c’est la période d’intenses manifestations météorologiques, les cyclones se forment notamment dans la méditerranée et puis les conséquences peuvent être le soulèvement de la poussière et les tempêtes de poussière. Maintenant ces tempêtes peuvent envoyer la poussière, traverser l’atlantique et généralement affecter ceux qui sont de l’autre côté de l’atlantique. Chez nous ici maintenant il y a cette pénétration jusqu’au long de la côte. Donc actuellement c’est ce qu’on est en train d’observer. (…).

Quelles sont les conséquences de ce phénomène ?

Les conséquences, il y a cette visibilité qui est réduite donc ça affecte la circulation, ça peut provoquer des accidents surtout lorsqu’on n’observe pas la prudence. Ça obscurci, ça affecte surtout la navigation aérienne au niveau des aéroports en réduisant la visibilité, parois ça occasionne même la fermeture temporaire de certains aéroports, mais cela n’a pas été le cas encore chez nous. Mais à Dakar, il y a deux à trois jours, il y a eu des avions qui sont arrivés à Dakar mais qui n’ont pas pu atterrir. Ils ont été obligés de rebrousser chemin vers Conakry parce que les aéroports de secours les plus proches c’était Banjul mais là-bas aussi c’était le même phénomène qui était observé. En plus, lorsque vous regardez même les feuilles des manguiers pratiquement tout est rougeâtre et tout ce qui exposé dehors. Il y a donc une nécessité de porter des masques parce que ceux qui habitent les zones polluées, généralement eux, bien avant qu’on ne parle de pandémie, eux ils utilisaient des masques. Par exemple le Japon et autres, les gens sont toujours masqués. Donc là aussi si on utilise le masque ça permettrait d’avoir de l’air moins pollué.

Ici à Conakry, à partir des données que nous recevons, la concentration est extrêmement élevée parce qu’on a des particules dont le niveau atteint parfois une centaine alors que le taux de l’OMS (Organisation Mondiale de la Santé, Ndlr) c’est au tour de 25 microgrammes par mètre cube.

Ce phénomène dure combien de temps généralement ?

Généralement chez nous, le phénomène le plus souvent on dit plus le vent est fort plus il passe vite. Donc ce sont des phénomènes qui ne durent pas plus de trois jours. Tout cela est amplifié par le changement climatique. Maintenant chacun modifie de son côté le climat parfois consciemment et inconsciemment.

 

Entretien réalisé par Boubacar 1 Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (+224) 655 31 11 12

Créé le Dimanche 21 Février 2021 à 0:32

TAGS