Le camp de Cellou se moque du RPG : "Au temps de Dadis Camara…"

Guinée
Cellou Dalein Diallo, lors d'une conférence de presse avec ses alliés à Conakry
Cellou Dalein Diallo, lors d'une conférence de presse avec ses alliés à Conakry

CONAKRY- L’opposition ne reste pas de marbre face à la crise qui mine le RPG arc-en-ciel depuis le début de la formation du nouveau gouvernement d'Alpha Condé. Interrogé sur ces « bisbilles », le porte-parole de l’ANAD, l’alliance qui a soutenu Cellou Dalein Diallo, à l’élection présidentielle, n’est pas passé par le dos de la cuillère. Kéamou Bogola Haba qui prédit déjà le déclin du RPG, déclare que cette « guerre de partage de postes » est une preuve que le parti au pouvoir ne se soucie pas de la bonne gouvernance du pays.

AFRICAGUINEE.COM : Comment observez-vous les guéguerres qui minent le RPG depuis quelques semaines ?

KEAMOU BOGOLAN HABA : En ce qui nous concerne, nous avons un seul message pour eux, c’est de revenir à la raison, à la case de départ pour que la vérité soit connue. Parce qu’un pays ne peut se gérer comme ça. Eux-mêmes, ils sont devant le fait accompli, la popularité n’est pas là. Les gens se sont évertués tous à tricher et maintenant on ne peut pas récompenser tout le monde. Alors que la question de gouvernance d’un pays n’a rien avoir avec une question de partage des pouvoirs. Le problème, c’est comment gérer le pouvoir et comment servir le peuple.

En Guinée, aujourd’hui, les gens pensent qu’être ministre ou être directeur national c’est pour s’accaparer des biens de l’Etat. C’est pourquoi, d’ailleurs, il y a cette guéguerre là-bas alors que si c’est pour venir travailler comme dans toutes les grandes démocraties, aujourd’hui ça serait même très difficile d’appeler les gens. A un certain moment, je me rappelle quand Dadis avait commencé à appliquer les règles, les gens avaient même peur de s’approcher des biens publics. Aujourd’hui, tout le monde court derrière. La guerre est là parce que c’est pour aller détruire les biens de l’Etat. C’est pourquoi, il y a cette guerre de partage. Si c’était pour aller travailler, je crois que le problème n’allait pas se poser.

Comment vous expliquez ces bisbilles ?

Pour nous, c’est juste le début de ce que nous avons annoncé. C’est-à-dire qu’Alpha n’est pas légitime, ils n’ont pas gagné le pouvoir.  Il n’y a qu’un groupe de bandits à col blanc qui se sont accaparés du pouvoir. Dans ce cas, le partage devient difficile. J’ai entendu dire qu’il y a des alliés qui réclament plus. Cela veut dire, pratiquement, ce qui les intéresse c’est comment aller partager les biens volés de l’Etat, ce n’est pas pour gouverner.

Faut-il craindre pour l’avenir du RPG après Alpha Condé ?

Le déclin est déjà fait. Le fait que le RPG n’a pas pu se trouver un successeur d’Alpha Condé depuis la création de ce parti, ça démontre que le parti est dans le déclin. Le fait que le choix du Premier ministre n’a pas été du goût du RPG parce qu’ils voulaient un Premier ministre qui devait être le successeur d’Alpha Condé démontre, une fois de plus, que la question de succession d’Alpha Condé n’est pas résolue. Pour nous, le déclin est déjà là. C’est pourquoi, ils s’accolent sur Alpha Condé. Et nous savons tous que l’organisation d’un parti ne peut tenir sur le mensonge. Or, le Rpg est fondé  sur le mensonge.

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Mardi 26 janvier 2021 à 17:01