Labé : Pour se donner la mort, Amadou Barry coupe ses "bijoux de famille"...

Echos de nos régions
Amadou Barry alité dans son lit d'hôpital
Amadou Barry alité dans son lit d'hôpital

LABE- C'est un fait assez inédit qui s'est produit dans la commune urbaine de Labé. Si généralement, ceux qui tentent de se donner la mort le font par pendaison, ce n'est pas le cas chez Amadou Barry. Le quadragénaire lui, s'en est pris à ses "bijoux de famille" qu'il a tout simplement coupés... en partie. Fort heureusement pour lui, il a été conduit rapidement à l'hôpital où il a été vite pris en charge. Sa vie ne serait plus en danger, mais ses parties génitales sont bandées avec des blessures.

L’acte s’est produit dans l’après-midi de ce lundi 11 janvier au secteur Ndiolou quartier Pounthioun. Il a été admis d’urgence à l’hôpital. Il a fallu l’arrivée des services de sécurité pour défoncer la porte de la pièce dans laquelle il s’était enfermé pour attenter à sa vie. Un témoin qui a joint Africaguinee explique : "Il a été admis dans un service hospitalier après avoir coupé une bonne partie de son sexe. Il voulait se suicider, mais il a été sauvé".

L'oncle de Amadou BARRY était couché à la maison au moment des faits. Il a été réveillé par les cris. Il raconte : « Ils étaient en train de manger en famille. Il s’est levé d’un coup pour dire que même le prix de sa coiffure il n’en a pas. Il a laissé ses sœurs en train de manger. Il a pris un couteau en tapant sur sa poitrine en jurant qu’il mettra fin à ça. Il s’est arrêté à un coin de la cour. Une de ses tantes a fait appel à la gendarmerie pour venir au secours. Dès qu’il a entendu que la gendarmerie a été appelée, il s'est précipité pour s’enfermer dans la maison.

 Les enfants l’ont entendu pousser des cris, ils ont appelé encore au secours, c’est comme ça je suis sorti du lit, parce que je suis malade aussi. J’ai tenté en vain d’ouvrir la porte. Certaines femmes sont tombées en syncopes pensant qu’il est mort. Les gendarmes sont venus ouvrir la porte avec les services de protection civile, il était déjà dans un bain de sang. Ils nous ont dit qu’il n’était pas mort mais sa vie est en danger. Son nom c’est Amadou Barry.

Lire aussi-RN Conkary-Mamou: des coupeurs de route sèment encore la terreur...

Ces derniers temps il n’est pas à l’état normal. Il vient au salon sans adresser la parole à personne, il regarde la télé, il mange et puis il disparait. Le matin il prend le café, il vaque à ses affaires. Il est célibataire sans enfants. Il était en aventure au Congo, depuis son retour il est dans cet état, ça fait un peu longtemps. Il est revenu sans rien. C’est effectif, c’est sa partie génitale qu’il a coupé avec le couteau, mais il a crié d’un coup quand il a senti la douleur. Maintenant il est en soins », explique Alphadio Diallo l’oncle de la victime

Admis en urgence à l’urologie de l’hôpital régional de Labé par les services de secours, il a été pris en charge. Docteur Kindy Diallo chirurgien urologue explique : « nous avons reçu un malade avec une plaie linéaire qui saignait abondamment. Nous avons fait les soins nécessaires. Il y a une plaie au niveau des organes génitaux externes et au niveau de la racine de la verge plus ou moins grave. Mais on a fait ce qu’il faut pour la prise en charge. Il n’y a plus de saignement. Je ne pense pas que sa vie soit en danger. Son nom c’est Amadou Barry il a une trentaine d’années », a précisé le médecin urologue, Dr Kindy Diallo

Les suicides sont fréquents en Guinée ces dernières années. Les témoignages des proches parlent souvent du désespoir des victimes au dernier instant de leur vie.

 

Alpha Ousmane Bah (AOB)

Pour Africaguinee.com

Créé le Lundi 11 janvier 2021 à 20:42

TAGS