Rebondissement dans l’affaire Mbalia Soumah : le rapport médico-légal a parlé…

Conakry
Feue Mbalia Soumah et son mari Ousmane Conté
Feue Mbalia Soumah et son mari Ousmane Conté

CONAKRY- L'affaire Mballia Soumah connait un nouveau rebondissement. Cette femme est décédée en novembre dernier, à Yimbaya, dans des circonstances floues. Les premiers témoignages ont indiqué qu'elle aurait succombé des coups et blessures que son mari lui aurait administré lors d'une bagarre qui a mal tourné.

Les faits remontent le dimanche 15 novembre 2020 quand Mme Mballia Soumah, mariée et mère de deux enfants de 2 ans et de 10 mois, a été retrouvée morte chez elle dans le quartier Yimbaya dans la commune de Matoto. Sa famille a accusé son mari, Fodé Ousmane Conté, gendarme, de l’avoir tué. C'est ainsi qu'elle a porté plainte auprès du Tribunal de première instance de Mafanco, le mercredi 25 novembre.

Le présumé auteur a été arrêté puis inculpé pour “coups et blessures ayant donné la mort sans avoir l’intention de la donner”. Si jusque-là, il s’était abstenu de communiquer sur cette affaire estimant que “certaines procédures doivent rester strictement judiciaires”, l’avocat du gendarme brise enfin le silence, alors que son client est toujours sous mandat de dépôt. Selon maitre Mohamed Traoré, l'expertise et la contre-expertise médico-légale a révélé que la victime est décédée de Covid-19.

Je dois vous dire que depuis le décès de cette dame, il y a eu un certificat médical établi par le médecin légiste, Pr Hassane Bah qui a conclu que la dame M’ballou Soumah est décédée de mort naturelle et qu’elle était atteinte de Covid-19. Ce rapport disait qu’il n’y a aucune trace de coups, de violence ou de blessures sur le corps de la victime”, explique Me Mohamed Traoré.

La famille de la victime a contesté le rapport médico-légal en demandant une contre-expertise" qui parvient au même résultat, précise l'avocat. 

Une contre-expertise a été effectuée qui a indiqué que la dame ne comportait aucune trace de violence, de blessures et a confirmé aussi le diagnostic concernant la Covid-19. Sur cette base, nous avons introduit une demande de mise ne liberté provisoire. Le juge d’instruction M. Mazid Diallo, au vu de tous ces éléments a ordonné la mise ne liberté sous contrôle judiciaire de M. Fodé Ousmane Conté. En lui imposant un certain nombre de conditions dont entre autres : Ne pas quitter Conakry sans l’en informer, ne pas entrer en contact avec sa belle-famille même sous prétexte de voir ses enfants et surtout, se présenter au Tribunal deux fois par semaine, les lundi et vendredi”, précise l’avocat de la défense qui, toutefois, déplore l’attitude du parquet de Mafanco.

Lire aussi-Nourrice "tuée" par son mari gendarme: la famille de M'Balia Soumah décide de porter plainte…

A notre grande surprise, le procureur de Mafanco a refusé d’exécuter cette ordonnance de mise en liberté sous contrôle judiciaire pour des raisons qui ne nous ont pas été indiquées. Je crois que le parquet de Mafanco est en train de céder à la pression de la famille de la victime parce qu’à longueur de journée celle qui prétend être la mère de la victime est dans les médias pour dire que sa fille a été tuée. Alors qu’il n’y a aucun élément scientifique aujourd’hui qui puisse indiquer que sa fille est décédée par suite des coups qu’elle aurait reçus.

Nous estimons que M. Fode Ousmane Conte est victime, en ce moment-là, d’une détention arbitraire. Dans une procédure de ce genre, l’un des éléments sur lesquels on peut s’appuyer pour déterminer la cause la mort de la victime c’est le rapport médico-légal qui dit que la dame est décédée de mort naturelle. Même le juge d’instruction qui a rendu la décision de mise en liberté a été très méfiant avant qu’il ne prenne une telle mesure, vue la passion qui entoure l’affaire, il a déterminé tous les aspects du dossier. En fin de compte, il a abouti à la conclusion selon laquelle, vu qu’il n’y a pas d’éléments qui permettent de mettre en cause Fodé Ousmane Conté, mieux vaut le mettre sous contrôle judiciaire en attendant”, a indiqué maitre Traoré, ancien bâtonnier.

Dossier à suivre…

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 669 91 93 06

Créé le Jeudi 07 janvier 2021 à 12:00