Lola : le petit chimpanzé né à Bossou baptisé “Fanghassi”...

Echos de nos régions

LOLA-Le bébé chimpanzé né, le 14 novembre 2020 à Bossou dans la préfecture de Lola a été baptisé en grande pompe, le dimanche 20 décembre 2020. La cérémonie a regroupé plusieurs cadres dont certains venus de la sous-région notamment du Libéria et de la Côte d’Ivoire. Les chimpanzés de Bossou sont des primates d'un caractère très particulier. Selon les scientifiques qui les observent, ces chimpanzés font 9 mois de grossesses et ne font pas l’inceste contrairement à certains de leurs espèces.

A cause de leur comportement, explique le directeur de l'Institut de recherche environnemental de Bossou, ils sont considérés comme des êtres humains par la population locale. «Pour nous, les chimpanzés ne sont pas des animaux, mais des êtres humains. La science l'a déjà démontré. Nos parents à Bossou avaient la ferme conviction que les chimpanzés là c’est la réincarnation de leurs ancêtres. Ils avaient la ferme conviction que c’était des humains. A cause de cela, ils ont pris soin des chimpanzés en les protégeant bien avant le lancement de la recherche scientifique. Les chimpanzés ce n’est pas seulement à Bossou, on en trouve un peu partout en Guinée et également dans toute la bande tropicale de l’Afrique. Mais ce qui est particulier à Bossou, c'est que ce sont des chimpanzés qui sont liés aux hommes. Ils vivent ensemble sur le même territoire, se partagent les ressources de la même forêt sans heurts. Il n’y a pas de conflit direct entre chimpanzés et hommes. Et même lorsque les gens procèdent à la récolte que ce soit de la banane, du riz tout ce qui est cultivé ici, ils prennent soin de laisser une partie de la récolte dans le champ pour la nourriture des chimpanzés. Vous voyez jusqu’à quel point les hommes sont liés aux chimpanzés à Bossou», a soutenu Dr Aly Gaspard Soumah.

Les chimpanzés de Bossou se reproduisent lentement. Seulement 37 naissances enregistrées en 40 ans. Ce qui fait d’eux, en plus de la migration à sens unique étant donné que les femelles quittent le territoire pour aller se reproduire ailleurs, une espèce menacée de disparition.

« Aujourd’hui, il y a 7 individus et avec la naissance de ce nouveau-né, nous sommes maintenant à 8. Mais, tenez-vous bien, nous sommes partis de 21 pour se retrouver à 8. Ce qui est à la base de cela, c'est tout d’abord la maladie. Il y a eu une épidémie en 2003 qui a tué 7 chimpanzés. Ce qui a diminué leur nombre à 12 individus. En plus de la maladie, il y a la déforestation liée à l’agriculture, la coupe de bois et les feux de brousse, l’isolement. Et cette déforestation conduit finalement à la fragmentation de l'habitat. C’est-à-dire, comme aujourd’hui à Bossou, nous avons un bloc de forêt de 320 hectares qui est mis en défense pour l’isoler du grand bloc forestier des monts nimba. La population de chimpanzés qui se trouve à l'intérieur de cette forêt se trouvent aussi isolée des autres populations de chimpanzés du Nimba, côté guinéen comme du côté libérien. Dans les conditions de la nature, les choses sont équilibrées par la migration des individus. Généralement, lorsque vous avez de groupes de chimpanzés, où il y a des enfants qui naissent qui atteignent la puberté, c’est généralement entre 8 et 12 ans. Les femelles quittent le groupe natal et vont s'introduire à d’autres communautés. De cette façon, une femelle qui quitte son groupe natal, elle laisse derrière elle, le papa et le frère pour éviter l’inceste. Si le milieu n’était pas fragmenté, d’autres chimpanzés- parce qu’il y en a beaucoup encore qui vivent au mont Nimba- allaient venir ici. Malheureusement, à cause de la savane, des habitations humaines, de la rupture dans la continuité de la forêt, ceci fait qu’on se retrouve sur une sorte d’isolement», a indiqué M. Soumah.

Pourquoi le nom Fanghassi ?

Le chef de guide de Bossou, Boniface Zogbéla repond : «Le nouveau bébé qui vient de naître, s'appelle Fanghassi. Sa grand-mère c’est Fanah, sa maman c’est Fanley. Elle en est à son troisième enfant. Le premier enfant c’était Flaney, deuxième c’est Fanwah et le tout dernier là c’est Fanghassi. Normalement, le chimpanzé fait 9 mois de grossesse. Le nouveau bébé qui vient de naître ne nous surprend pas parce qu’on savait que ça allait arriver. Mais les gens étaient inquiets parce qu’il y avait des vieilles parmi eux, on craignait aussi pour ne pas que la femelle qui est féconde quitte pour aller dans d’autres communautés. Quand elle a gagné Flaney, nous avons vu ça. Le deuxième, nous l’avons nommé Fanwah qui signifie se dépêcher. Une manière de lui dire de faire vite parce que c’est la seule femelle dont on a de l’espoir. Quand elle a gagné le troisième, nous l'avons nommée Fanghassi parce qu’elle a pris courage. Donc Fanghassi veut dire prendre courage », a expliqué Boniface Zogbéla.

Christoph Gono, venu du Liberia à la cérémonie, a exprimé sa satisfaction. « Cela nous donne l’éducation de surveiller les chimpanzés qui sont chez nous au Libéria. Même si on les voit, on va les protéger de la même manière qu’ils font ici », a-t-il rassuré.

La Côte d’Ivoire était représentée par Djimy Joh Patrice, chargé de l’Office ivoirien des Parcs et des Réserves (OIPR). De nos jours, seulement 8 chimpanzés vivent à Bossou y compris le nouveau-né qui est une femelle. Ce qui soulage les scientifiques qui craignaient une extinction de l'espèce. D'autant que parmi les femelles, 3 ont la soixantaine et ne peuvent plus se reproduire. Aujourd'hui, il n'y a qu'une seule femelle en âge de reproduction.  

De retour de Bossou, SAKOUVOGUI Paul Foromo

Pour Africaguinee.com

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Mardi 22 décembre 2020 à 9:54

TAGS