Lutte contre la résistance aux antimicrobiens : Le gouvernement guinéen en collaboration avec Expertise France et la Banque Mondiale ont validé politiquement le plan d’action multisectoriel de lutte contre la Résistance aux Antimicrobiens et les textes

Santé
Le gouvernement guinéen en collaboration avec Expertise France et la Banque Mondiale ont validé politiquement   le plan d’action multisectoriel de lutte contre la Résistance aux Antimicrobiens et les textes règlementaires de la gouvernance en Guinée
Le gouvernement guinéen en collaboration avec Expertise France et la Banque Mondiale ont validé politiquement le plan d’action multisectoriel de lutte contre la Résistance aux Antimicrobiens et les textes règlementaires de la gouvernance en Guinée

CONAKRY- Le gouvernement guinéen en collaboration avec Expertise France et la Banque Mondiale ont validé politiquement le 30 Novembre 2020 le plan d’action multisectoriel de lutte contre la Résistance aux Antimicrobiens et les textes règlementaires de la gouvernance en Guinée. C'était lors d'un atelier tenu à cet effet dans un réceptif hôtelier de la place. L'évènement a connu la présence de nombreuses personnalités de haut rang. Présidé par le ministre d'Etat en charge de l'Environnement, des Eaux et Forêt qui a représenté le Premier ministre, la cérémonie a rassemblé les partenaires techniques et financiers de la Guinée (Ambassade de la France, agence française de développement, la Banque Mondiale, OMS, la FAO, IPGUI). Outre ceux-ci, on notait aussi la présence des ministres de la santé, de la pêche et de l’Economie Maritime.

Lancé officiellement le jeudi 31 janvier 2019, le projet pilote de lutte contre la résistance aux antimicrobiens est financé à hauteur de 450 mille euros par le ministère de l’Europe et des affaires étrangères ainsi que celui des Solidarités et de la santé de la France. Dans son discours, le Ministre Oyé Guilavogui au nom du premier ministre, a déclaré que grâce à la validation de ce plan d’action, la Guinée a prouvé à la communauté internationale son engagement quant à la défense et la protection de la santé de ses populations.

« L’objectif de la présente validation de la politique du plan stratégique nationale de lutte contre la résistance antimicrobiens en Guinée est de montrer au plus haut niveau de l’Etat l’engagement auprès de la communauté internationale quant à la défense et la protection de la santé de nos populations. La signature solennelle du préambule en ce jour est la concrétisation de cette volonté politique. Le fait de se doter d’un plan stratégique de lutte contre un tel fléau est un grand succès qui ne saurait être garanti à l’absence d’une mise à l’exécution correcte du plan », a indiqué le ministre de l'Environnement.

De son côté, le ministre de la santé a souligné que cet atelier constitue un aboutissement de la conjugaison de nombreux efforts fournis par les différents départements ministériels et les partenaires techniques et financiers de la Guinée.

« L’Objectif de ce projet pilote est de permettre à notre pays la Guinée de se doter d’un plan d’action national multisectoriel de lutte contre la résistance aux antimicrobiens en conformité avec le plan d’action mondial adopté par les Nations-Unies. L’élaboration de ce plan d’action national multisectoriel de lutte contre la résistance aux antimicrobiens en Guinée a bénéficié de la facilité de la coopération avec la mutualisation des fonds d’Expertise France et de la Banque Mondiale à travers le projet REDISSE. Les experts internationaux mis à disposition du projet ont accompagné des cadres de différents départements ministériels clés afin de réaliser une analyse situationnelle dans lutte contre la résistance aux antimicrobiens dans notre pays. Les défis élucidés à la lumière de cette analyse situationnelle ont permis de déterminer les axes stratégiques qui meublent le présent plan stratégique de lutte contre la résistance aux antimicrobiens en Guinée », a expliqué le Colonel Remy Lamah.

Présent à cette cérémonie, la Responsable de Pôle Afrique du Nord, Golfe de Guinée, Afrique de l’Est, département santé à Expertise France, a indiqué que la validation de ce plan a une importance cruciale pour les médecins guinéens.

« Ce projet de lutte contre la résistance aux antimicrobiens est un projet crucial qui par sa mise en œuvre efficiente de son plan d’action, va améliorer et contribuer à l’amélioration de la santé de la population. C’est un projet charnière qui s’inscrit dans le combat contre la crise sanitaire mais également participe au renforcement des systèmes de santé. La tenue de cet atelier aujourd’hui permettra demain aux médecins dans les hôpitaux et dans les centres de santé d’adapter leurs traitements aux types d’infections et la bactérie en cause », a expliqué Annik Jeantet-Quentin.

Expertise France accompagne l’Etat guinéen dans la lutte contre la crise sanitaire et dans le renforcement de son système de santé. Elle a annoncé que le projet de la lutte contre la résistance aux antimicrobiens sera continuel avec plusieurs autres projets de santé en faveur de la Guinée.

"La mission d’Expertise France  n’est pas encore terminée. Dans les prochains mois, nous allons travailler sur la rédaction du guide des bonnes pratiques d’utilisations des antibiotiques et continuer la formation des biologistes et des médecins prescripteurs. Cette semaine nous organisons le lancement du projet urgence hospitalière financé par le ministère des affaires étrangères de la France dont l’objectif consiste à améliorer la prise en charge des cas d’urgence et de la qualité des soins dans les hôpitaux. Au mois de janvier 2021 sur un financement de l’AFD et en concertation avec le ministère de la santé, le projet d’appui et à la maitrise du risque infectieux dans les établissements soins en Guinée sera lancé », a annoncé Annik Jeantet-Quentin.

Pour sa part, l’attaché de Coopération, Etat de droit, démocratie et société civile de l’Ambassade France en Guinée a noté que cet événement illustre à la fois l’engagement de la France et l’excellence de la collaboration avec les autorités guinéennes dans un esprit de partenariat où chacun apprend de l’autre.

« La validation du plan d’action nationale est gage d’une appropriation totale par les autorités guinéennes qui nous n’en doutons pas permettra la pérennisation des résultats du travail abouti jusqu’ici. Cette validation politique constitue une étape importante qu’il convient de saluer », laissé entendre le représentant de l’Ambassadeur de la France en Guinée à cette cérémonie, tout en affirmant que la mise en œuvre de ce plan d’action ne sera pas chose facile, dès lors que selon lui, de nombreux défis devront être surmontés pour en garantir la réussite.

Parmi ces défis, Xavier Henaut a cité : L’indispensable mobilisation des ressources financières, la formation et le recrutement des ressources humaines en PCI et en infectiologie, l’installation et l’équipement de laboratoires performants, l'institutionnalisation de la résistance aux antimicrobiens et la coordination, l’accompagnement des partenaires techniques et financiers. " Soyez rassurez que la France y prendra toute sa part et que nous aurons à cœur de collaborer avec le gouvernement guinéen », a-t-il martelé.

Au nom de l’Organisation Mondiale de la Santé et des partenaires techniques et financiers de la Guinée, Gorge Alfred Ki-Zerbo a pris l’engagement que l’OMS va travailler de concert avec tous les partenaires du développement de la Guinée sous le leadership du gouvernement guinéen afin d’apporter une réponse globale à la problématique de la résistance aux antimicrobiens pour la santé et le bien-être des populations guinéennes.

« La problématique de la résistance aux antimicrobiens prend un relief tout particulier dans le contexte actuel de la COVID-19 et dans le cadre global de l’accès à la couverture de la santé universelle. Si nous devons rebâtir un monde meilleur, la santé devra être mise au cœur des agendas du développement dans tous les pays. Et la résistance aux antimicrobiens est l’un des piliers de la sécurité sanitaire que nous comptons au sein du Système des Nations Unies avec la FAO et toutes autres agences placées au centre du prochain cadre d’assistance du Système des Nations Unies au gouvernement de la Guinée comme une des problématiques prioritaires au cœur de l’agenda ‘’rebâtir mieux en plaçant la santé au centre’’. Il s’agira de mettre en place l’instance nationale de coordination dans le sens et dans l’optique du concept ‘’une seule sante’’, de mobiliser des ressources domestiques ou compléter les appuis extérieurs dans un sens aussi d’appropriation par la partie nationale et de pérennisation », a expliqué le chef de file des partenaires techniques et financiers de la Guinée.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Mercredi 02 décembre 2020 à 16:24