Damaro Camara sort de sa réserve : " Cette opposition radicale…"

Guinée
Amadou Damaro Camara, président de l'Assemblée Nationale
Amadou Damaro Camara, président de l'Assemblée Nationale

CONAKRY-Très discret depuis un certain temps, Amadou Damaro Camara, le président de l'Assemblée Nationale vient de sortir de sa réserve pour répondre aux détracteurs de son institution.

Alors que l'Assemblée Nationale est dans la ligne de mire de plusieurs organisations de la société civile et de certains leaders politiques, le parlementaire dans un ton incisif, a dit à qui veut l'entendre que la "dissolution" de l'institution qu'il dirige n'est pas dans "l'agenda" du Président Alpha Condé.

"Il y a comme un faux débat actuellement entretenu par des personnes qui parlent juste pour exister, en disant que la dissolution de l'Assemblée serait la dissolution d'une certaine crise. Comme si la crise est partie de l'Assemblée Nationale. Je ne crois pas que l'absence de cette opposition radicale ait crée ce qu'on appelle actuellement cette crise", indique l'honorable Damaro.

Pendant la 8ème législature, l'opposition et la mouvance présidentielle étaient en ballotage au sein du parlement guinéen. Faute d'avoir la mojorité absolue des 2/3, les deux bords étaient contraints d'arriver à des consensus politiques pour faire passer certaines lois organiques. Les débats étaient pour la plus part très houleux, avec en toile de fond, des diatribes et des prises de becs à couper le souffle. Pour l'actuel président du parlement guinéen, cette situation provoquée selon lui, par l'opposition dite "radicale" a paralysé l'institution parlementaire pendant six ans.

"Cette opposition radicale a été à l'Assemblée plus représentée qu'aucune Assemblée en Afrique n'ait jamais été composée. Pendant six ans nous les avons perdus à des invectives, à des attaques inutiles, à des tapages de table comme des élèves, à des injures, à des sifflements, au lieu de travailler pour ce pourquoi nous sommes là", a-t-il martelé, soutenant que l'absence de cette opposition permet au peuple de Guinée d'avoir le meilleur.

"La dissolution de l'Assemblée est aussi une partie de la démocratie, mais elle obéit à certaines lois. La seule et unique personne qui en est capable, c'est le président de la République. Je puis vous dire que ce n'est pas dans son agenda", a tranché le président du parlement guinéen.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 27 novembre 2020 à 18:36