France: de hauts responsables guinéens visés par un cabinet d'avocat…

Violences postélectorales en Guinée
Maitres William Bourdon et Vincent Brengarth
Maitres William Bourdon et Vincent Brengarth

CONAKRY-Des responsables du gouvernement guinéen, de l'armée et de la police sont dans le collimateur d'un cabinet d'avocats en France. Pour le moment aucun nom n'a été cité, mais ils sont reprochés d'avoir joué un rôle dans les récentes violences qui ont secoué le pays.

Les avocats du front national pour la défense de la constitution (FNDC) ont réagi suite à la position exprimée par Emmanuel Macron sur la situation en Guinée. Dans un communiqué dont copie est parvenu à notre rédaction, Maitres William Bourdon et Vincent Brengarth indiquent que la position du dirigeant français traduit la "gravité de la situation" sur place.

Ils annoncent également que d’autres initiatives seront prises dans les prochains jours contre les responsables des violences au niveau du gouvernement, de la police, de la gendarmerie, l'armée et de l'administration publique. Merci de lire ci-dessous la note parvenue à notre rédaction.

Par un courrier du 3 novembre 2020, les soussignés avaient alerté Monsieur le Président Emmanuel MACRON, au nom et pour le compte du FNDC, pour faire état des appréhensions du FNDC quant à la survenance de nouvelles violences, compte tenu notamment de l’absence d’enquête indépendante portant sur les conditions de la répression des manifestations.

Ils relayaient les craintes de nouvelles violences post-électorales redoublées devant la volonté du pouvoir en place de se maintenir devant la contestation populaire contre le troisième mandat et les accusations de graves irrégularités dans le processus électoral au bénéfice de Monsieur Alpha CONDE.

Dans un entretien publié vendredi 20 octobre 2020, Monsieur le Président Emmanuel MACRON souligne, en parlant d’Alpha CONDE, que « il organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C'est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations. Je pense que la situation est grave en Guinée, pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée ».

Les soussignés saluent cette position qui traduit la gravité de la situation sur place, en écho aux faits dénoncés dans leur courrier en date du 3 novembre 2020. Dans le prolongement de ces déclarations, ils réitèrent toutefois leur volonté que Monsieur le Président Emmanuel MACRON condamne publiquement les crimes commis contre les populations civiles désarmées et surtout l’impunité qui encourage la récurrence de ces crimes et d’œuvrer pour que des enquêtes soient diligentées pour identifier leurs auteurs et les traduire devant les tribunaux.

Ils soulignent à nouveau le climat de persécution contre les membres de l'opposition et de la société civile. Ils annoncent également que d’autres initiatives seront prises dans les prochains jours contre les responsables des violences au niveau du gouvernement, de la police, de la gendarmerie, l'armée et de l'administration publique.

Paris, le 20 octobre 2020

Créé le Samedi 21 novembre 2020 à 12:28