Guinée: "La France doit défendre la démocratie...", dixit Sébastien Nadot

Guinée
Emmanuel Macron et Sébastien Nadot
Emmanuel Macron et Sébastien Nadot

PARIS-Dans une interview qu'il a accordé à Africaguinee.com en début de semaine, le député français Sébastien Nadot, dénonçait le "silence" de la France sur la situation politique et sociale en Guinée. Ce vendredi 20 novembre, après la sortie d'Emmanuel Macron au cours de laquelle, il a exprimé sa position sur la situation en Guinée qu'il a jugé de "grave", le Député Nadot a invité la France à agir pour "défendre la démocratie".

"La situation politique et sociale en Guinée, à la suite des élections présidentielles contestées d'octobre 2020, se dégrade de jour en jour. En lien avec les principales forces politiques et les médias d'opposition, je suis alerté de toute part par la gravité de la situation qui laisse craindre une dérive autoritaire du régime et le déclenchement d'une guerre civile inter-ethnique", a mentionné le député l'élu français dans une note dont copie est parvenue ce soir à Afriaguinee.com.

Sébastien Nadot rappelle que de "nombreux cadres du principal parti d'opposition, l'UFDG, sont arrêtés par les forces de sécurité", tandis que "des médias d'opposition sont attaqués sur le plan judiciaire et des premiers assassinats interethniques ont lieu".

"J’ai ainsi plusieurs fois interpellé le Gouvernement français sur la situation en Guinée, lors des auditions du Ministre Jean-Yves Le Drian en commission des affaires étrangères de l’Assemblée nationale et au travers d’une question écrite publiée au Journal officiel, le 10 novembre 2020", a fait observer le député.

Après un silence pesant, indique Sébastien Nadot, "le Président de la République Emmanuel Macron s'est enfin exprimé aujourd'hui dans le journal Jeune Afrique sur la situation en Guinée dans les termes suivants : Le président Condé a une carrière d’opposant qui aurait justifié qu’il organise de lui-même une bonne alternance. Et d’évidence, il a organisé un référendum et un changement de la Constitution uniquement pour pouvoir garder le pouvoir. C’est pour ça que je ne lui ai pas encore adressé de lettre de félicitations. Je pense que la situation est grave en Guinée, pour sa jeunesse, pour sa vitalité démocratique et pour son avancée".

Que faut-il faire désormais ?

"Il faut maintenant que la France engage tout son soutien à la démocratie guinéenne, en demandant au pouvoir en place de respecter l’Etat de droit et les libertés publiques, et de cesser immédiatement les mesures de répression de l’opposition politique et médiatique en Guinée. L’amitié entre les peuples guinéens et français est trop précieuse pour la laisser périr dans une dérive autoritaire du régime", a martelé le parlementaire français dans un communiqué.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 20 novembre 2020 à 20:42