Damantang: "On a vu un corps où on a introduit une balle à l'aide d'une pince…"

Tueries à Conakry
Damantang Albert Camara
Damantang Albert Camara

CONAKRY-Le Ministre de la sécurité et de la protection civile a fait des "révélations troublantes" sur les résultats de certaines autopsies effectuées sur des corps de victimes des manifestations en Guinée. Damantang Albert Camara n'a pas manqué de fustiger les rapports "biaisés" de certaines ONG internationales de défense des droits humains sur les violences en Guinée. Il s'est exprimé ce jeudi 19 novembre 2020, lors d'une conférence de presse.

"On a l'impression que quand il s'agit de l'Afrique et notamment de la Guinée, tous les gentils sont du côté de l'opposition, tous les méchants du côté du Gouvernement (…). Lorsqu'il s'agit de relayer des informations qui, parfois relèvent d'un montage grossier, ces ONG se font le plaisir de les divulguer. On a été sous le coup de l'émotion quand on a vu sur les réseaux sociaux les images d'un enfant de trois ans qui a reçu une balle dans la tête. Quel est le Gouvernement criminel et irresponsable qui peut envoyer des gens tuer un bébé de trois ans ?

 

Je me demande comment des personnes sensées peuvent-elles croire à une telle information. Parfois ça été relayé par des personnalités qui ont pris pour argent comptant ces types de déclarations. Nous avons fait des recherches dans toutes les morgues, nous n'avons pas pu trouver d'enfant. Le plus jeune avait 14 ans. Peut-être que cet enfant a été enterré plutôt, mais on salue la mémoire de cet enfant, quel que soit les circonstances dans lesquelles, il est décédé. Mais systématiquement, faire porter cette responsabilité et dire que c'est une action concertée du Gouvernement, c'est de la mauvaise foi et ce n'est pas responsable", a fustigé le Ministre guinéen chargé de la sécurité et de la protection civile.

 

Damantang Albert Camara soutient que c'est très facile de se faire l'écho des fakenews, mais, prévient-il, cela ne rend pas service aux victimes.

"C'est encore plus grave quand ces ONG disent qu'il n'ya jamais eu d'enquête. Il suffit de consulter ce qui se passe, même le procureur de la République a annoncé récemment que 20 autopsies sont en cours, il a même donné un numéro vert. C'était la même chose avant", a-t-il martelé, avant de faire des révélations sur les conclusions d'un rapport d'une autopsie réalisée récemment par la police.

"J'ai ici des rapports d'autopsie des violences de février dernier. Un rapport balistique de la DPJ (Direction de la police judiciaire, Ndlr) sur des armes et des balles qui ont été retrouvées dans des corps. C'est un travail profond fouillé qui a abouti à des conclusions qui ne sont données qu'au tribunal. Les gens veulent que le travail d'enquête de la justice soit le même que celui des médias et de l'opinion publique ? Ça ne peut pas être le cas.

Je vous donne un exemple très simple. Ici on nous dit : photo numéro 2 vue rapprochée montrant une balle cartouche KK 47, non tirée par une arme à feu portant des traces de frottement au niveau de la partie centrale, donc retirée de force de son étui. Voilà l'exemple d'une balle qui a été trouvée sur un corps et qui, manifestement n'a pas été tirée. Elle a été introduite à l'aide d'une pince. Voici les difficultés auxquelles nous sommes confrontées, sur lesquelles on est obligé de se taire, mais qui sont exploitées en disant qu'il n'y a pas d'enquête.

Voici une autre balle : vu de détail montrant un projectile métallique en acier portant trace de brûlure de poudre, des impacts de choc déformant l'aspect du bout et dont la pointe est enfoncée. Probablement une balle d'arme à feu de type inconnu de la collection des forces de l'ordre", a expliqué le ministre, indiquant que ce n'est pas sérieux de faire croire que le gouvernement ne se soucie pas des victimes.

A suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 19 novembre 2020 à 21:07