Violences postélectorales : un sexagénaire meurt "torturé" en détention…

Crise postélectorale
Feu Ibrahima Sow
Feu Ibrahima Sow

CONAKRY-Un sexagénaire arrêté en marge des violences postélectorales est décédé en détention. Ses proches soutiennent qu'il a subi des tortures à son lieu de détention, à la maison centrale de Conakry.

Le défunt feu M. Ibrahima Sow (68 ans) a été arrêté au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l'élection présidentielle d'octobre dernier, devant sa concession alors qu'il tentait de dissuader des casseurs qui étaient en train de détruire des biens d'autrui. Il est mort dans la nuit du lundi à mardi 17 novembre, à l'hôpital Ignace a appris Africaguinee.com des sources familiales.

Père de plusieur enfants, le défunt a été arrêté par des agents des forces de l'ordre, devant son domicile au quartier Hafia Minière, le 24 octobre dernier lors des manifestations post-électorales ayant opposé des militants de l'opposition à ceux de la mouvance. Déféré à l'ECO 3, puis à la maison centrale de Conakry, M. Ibrahima Sow a rendu l'âme hier nuit à l'hôpital Ignace Deen nous a confirmé, son frère Boubacar Siddy Sow.

"C'est au lendemain de la proclamation des résultats provisoires de l'élection présidentielle que des policiers sont venus le trouver devant la porte de sa concession ici. Il y avait des contre-manifestants qui saccageaient les biens des gens sous l'œil complice des policiers. Le vieux s'est levé pour leur demander d'arrêter de détruire les biens d'autrui, que ce n'est pas normal. 

Les jeunes casseurs ont commencé à insulter le vieux et les forces de l'ordre l'ont arrêté et l'ont emmené avec eux dans leur véhicule. On est sorti pour tenter de le libérer, ça failli être une guérilla. On a reculé pour essayer de voir si on va passer par une autre procédure pour récupérer notre parent.  Mais ça n'a pas abouti. 

Après son arrestation, ils l'ont envoyé d'abord à l'ECO 3 puis à la maison centrale. C'est là-bas qu'il a subi des tortures. On a vu des traces de sévices sur ses mains. Les traces laissent croire qu'il a été attaché, ses mains étaient enflées. Ils l'on transporté à l'hôpital le dimanche et il a rendu l'âme ce lundi la nuit. Je précise qu'avant son arrestation, M. Ibrahima Sow ne souffrait d'aucune maladie” a-t-il précisé. La victime a regagné sa dernière demeure cet après-midi au cimetière du quartier où il réside.

Joint par Africaguinee.com, une source proche de la maison centrale nous a confié que le vieux a été effectivement admis dimanche à l'hôpital alors que son était de santé s'était détérioré. Il est décédé ce lundi, a ajouté la même source, sans préciser la cause. 

A suivre... 

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Mardi 17 novembre 2020 à 18:35