Santé publique: des insectes surnommés "bérets-rouges" font ravages à Conakry

Santé
La mouche Nairobi et son effet sur la peau
La mouche Nairobi et son effet sur la peau

CONAKRY-Depuis le début du mois de novembre, de nombreuses personnes sont victimes de piqûre d’insectes connus sous le nom de "mouches de Nairobi", entrainant des lésions cutanées. Ici, on surnomme ces arthropodes "bérets rouges" à cause de leur action nocive sur l'homme. A Conakry, les plaintes sont nombreuses. De plus en plus de personnes ayant été en contact avec cette bestiole sont victimes de brûlures de peau.

 « Je fréquente beaucoup les lieux de loisirs qui se trouvent au bord de la mer. Samedi dernier dans la soirée, un insecte m'a touché au niveau de ma nuque. J’ai tenté de l’enlever. Dans mes mouvements, je l’ai écrasé par inadvertance sur le coup. Je n’ai rien ressenti sur place. C’est quand je suis arrivé à la maison, vers les 00 heures, après avoir pris ma douche, j’ai commencé à ressentir des picotements au niveau de la nuque. Lorsque j'ai touché, j'ai ressenti plus de douleur. Mais comme je ne peux pas voir cette partie de mon corps, j’ai montré à quelqu’un qui m’a dit que l’endroit était irrité. Quelques temps après, des petits boutons sous forme de brûlures sont apparus. Ça fait très mal », a raconté Abdoul Diallo.  

Un autre un jeune qui a été en contact avec la Mouche Nairobi nous a confié comment il s’est retrouvé avec une plaie.

« Je me suis réveillé un matin, constatant à mon cou des boutons. La peau était tendue. Au bout de quelques heures, comme je me grattais à cause des démangeaisons que cela provoque, ça a commencé à s’irradier et former une plaie. C’est après que j’ai compris que c'est cette bestiole qui m’a piqué. Cela fait deux jours maintenant, la plaie est toujours là. J’ai mis du miel et du citron mais ça n’a pas guéri. Il fallut que j’utilise l’alcool pour observer un début de cicatrisation de la plaie», raconte cette autre victime.

Interrogé, un spécialiste de la santé a prodigué des conseils aux personnes, qui par malheur, arrivaient à être en contact avec la "Mouche Nairobi".  

 « Si vous écrasez l'insecte sur votre peau, évitez d’appliquer des produits qu’on vous conseille dans le quartier tel que le citron ou le miel. La meilleure façon, c’est de nettoyer la partie affectée avec de l’eau et du savon et consulter un spécialiste. Je conseille la population d’arrêter d’écouter les conseils des gens dans le quartier. La peau est le miroir de l’homme. Sa résistance varie d’une personne à une autre. La façon dont mon organisme se défend peut être diffèrent d’une autre personne.  Une fois que l’insecte s’écrase sur votre peau, évitez d’appliquer des produits et des crèmes vendus sur le marché. Au bout de deux jours, si la plaie s’élargit et la brûlure s’agrandit, consultez un spécialiste pour une meilleure prise en charge", conseille Dr Baldé.

« Une fois que l’insecte se pose sur une partie de votre corps, il faut éviter de l’écraser, parce que l’insecte contient une substance très toxique qui provoque cette brûlure. La meilleure façon de l’éviter c’est de souffler avec une bouffée d’air. Il va se dégager de lui-même. Si vous constatez des herbes aux alentours de votre maison et la lumière parce que les insectes sont beaucoup attirés par ça, il faut dégager avec des insecticides en les pulvérisant », a conseillé Dr Baldé.

Selon des scientifiques, le contact de la pédérine avec la peau provoque des réactions au bout de 12 à 36 heures, toutefois une irruption rouge apparait. Les lésions peuvent durer de 2 à 3 semaines. Elles sont causées par le Paederus sabaeus d’origine de l’Afrique de l’est, précisément au Kenya.

 

 Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 665 31 11 14

Créé le Lundi 16 novembre 2020 à 15:56