Attaqué par des bandits armés, le journaliste Gbouo Lamah raconte sa mésaventure…

Nzérékoré
Foromo Gbouo LAMAH
Foromo Gbouo LAMAH

N'ZEREKORE- L’insécurité devient de plus en plus galopante dans la ville de Nzérékoré où personne quasiment n'est épargné par le fléau. Des citoyens sont souvent victimes de vols, de braquages à mains armées, par des bandits qui dictent leur loi dans la cité. Ce samedi 14 novembre 2020, un journaliste a été attaqué par des bandits qui l’ont dépouillé de tout ce qu’il possédait sur lui.

Foromo Gbouo LAMAH, a été la cible de bandits armés de machettes alors qu’il regagnait son domicile. Selon lui, il a échappé de justesse à la mort. Il relate sa mésaventure.

« Je venais de Tilépoulou pour aller à la maison vers 21h. Quand je suis arrivé au niveau du mini-stade de koyapoulou, j’ai reçu un appel de mon DG. J’ai donc garé la moto pour répondre à l’appel au bord de la route. Apres avoir fini d’échanger avec lui, j’ai commencé à publier des vidéos et photos sur notre page Facebook comme il me l’avait demandé. J’avais toute mon attention sur le téléphone. A ma grande surprise, deux bandits encagoulés munis de manchettes m’ont attaqué. L’un a mis sa manchette sur mon cou et l’autre l'a mis derrière. Mais moi j’avais toujours la tête concentrée sur mon téléphone. Je pensais que ce sont mes petits du quartier qui avaient du bois pour m’effrayer parce que je ne suis pas nouveau dans le quartier.

C’est quand j’ai soulevé ma tête, j’ai vu les deux cagoulés, l’autre a commencé à enfoncer la machette dans mon cou. Aussitôt, j’ai mis ma main pour contrer. J’ai sauté sur la moto en laissant les téléphones là-bas, j'ai fui. J’ai crié au secours en vain. L'un s’est mis à me pourchasser, mais il a été rappelé par son collègue. Ce dernier lui a dit de revenir prendre les téléphones. Ils ont voulu prendre la moto mais, ils n’ont pas pu. Quelques minutes après je suis revenu trouver ma moto abandonnée là. Les malfrats ont emporté mes deux téléphones de marque Tecno Spark 3 et 4, et aussi le power-bank que je venais d’acheter.  J’ai été blessé à la main droite et j'ai eu quelques égratignures », a confié notre confère.

 

Selon le jeune journaliste, une autre fille a été victime d’attaque à main armée au même endroit il n’y a pas longtemps. S’inquiétant de l’insécurité qui gangrène la ville, il conseille les citoyens de rester vigilants et de faire attention.

 

« Ce que je demande à la population, c’est d’être vigilante et de ne pas marcher seul, il faut toujours être en compagnie de quelqu’un. Et d’éviter aussi de se promener avec des appareils de grande valeur la nuit », conseille-t-il, tout en demandant aux autorités d’organiser des patrouilles dans la ville.

A Nzérékoré, plusieurs citoyens sont victimes de braquage et de vol. Nul n’est épargné.  Chaque jour, des citoyens se plaignent de cette insécurité qui prend une envergure inquiétante dans la cité. Certains responsables administratifs de la préfecture appellent les citoyens à collaborer et à dénoncer les malfrats.

 

SAKOUVOGUI Paul Foromo

Correspondant régional d’Africaguinee.com

A Nzérékoré

Tél : (00224) 628 80 17 43

Créé le Lundi 16 novembre 2020 à 11:33