Lansana Kouyaté : "Comment sortir de la crise actuelle..."

Crise postélectorale
Lansana Kouyaté, leader du PEDN
Lansana Kouyaté, leader du PEDN

CONAKRY-Alors que la crise que traverse la Guinée depuis un an et demi s'est exacerbée avec l'élection présidentielle octobre, émaillée par des violences meurtrières, l'ancien premier ministre Lansana Kouyaté préconise une piste de solution. " Mettre le système à plat" et "reprendre tout à zéro".

"En Guinée, le peuple est en train de subir à outrance l'Etat. Le PEDN été clair dès le début en disant : non à la constitution, non double scrutin du 22 mars, non au troisième mandat, non à toute institution qui serait issue de cette constitution. Notre position n'a pas variée d'un iota. Comment s'en sortir ? Critiquer l'extérieur, la communauté internationale, je suis d'accord mais par moment, elle devient une communauté des nations où chacun préserve ses intérêts en tenant compte du respect des Etats, bref de toute la littérature qui a bordé les relations entre les Etat" laisse observer le leader du PEDN.

La crise postélectorale a exacerbé les clivages politiques et ethniques en Guinée. Alpha Condé, déclaré vainqueur du scrutin, a appelé vendredi soir ses adversaires à préserver la paix et s'est dit ouvert au dialogue. Pour Lansana Kouyaté, il n'y a pas de paix sans prémices de paix.

"En période de crise, pour sortir de la crise il faut d'abord qu'il y ait des prémices. Ces prémices c'est quoi ? D'abord, que chacun oublie son égo. Deuxièmement, voir la vérité. Ce qui est valable pour le pays, non pas pour défendre des prébendes, mais défendre l'intérêt du pays au-delà des jours, des semaines, des mois et des années. Un homme politique ne regarde que les échéances, mais un homme d'Etat regarde l'horizon. Cela est absolument indispensable", préconise l'ancien premier ministre.

Ceux qui bénéficient de quelque intérêt de ce régime peuvent penser qu'ils s'en tirent à bon compte, mais ce n'est pas vrai, prévient l'opposant qui appelle à libérer toutes les personnes arrêtées. "On a vu des gens qui sont allés plus loin que ça, qui ont mis des statuts partout, mais qui ont été déboulonné après, jetés à la poubelle (…)", a-t-il averti.

Ce n'est pas une lutte pour plaire ou déplaire à quelqu'un, martèle Lansana Kouyaté, précisant que c'est une lutte pour donner à la Guinée la chance d'être ce qu'un pays normal doit être : faire des élections transparentes, cesser le harcèlement, libérer tous ceux qui ont été arrêtés et reconnaitre que tous ceux qui sont morts dans ce combat sont des héros et ça ne doit pas rester impuni. "Mais tout cela ne peut être possible que quand on met le système à plat. C’est-à-dire qu'on considère qu'il n'y a pas eu d'élection, on met tout à zéro où le guinéen se dira "oui" voilà l'ère de la liberté qui a sonné", a préconisé le leader du PEDN.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

 

Créé le Dimanche 15 novembre 2020 à 11:09