Elhadj Ousmane Fatako : "Ce que je demande aux commerçants de Kindia…"

Affaire CFAO de Kindia
Elhadj Ousmane Fatako Baldé
Elhadj Ousmane Fatako Baldé

CONAKRY- L'opérateur économique, Elhadj Ousmane Fatako Baldé vient de s'exprimer sur les opérations de déguerpissement déclenchées ce jeudi 12 novembre 2020, au centre commercial "sans loi" de Kindia.

C'est non sans "amertume" que l'opérateur économique a appris la nouvelle relative au début du déguerpissement des commerçants dans la cité des agrumes. Interrogé aujourd'hui par Africaguinee.com, le président de la coordination Haali poular, a déclaré qu'il s'en remet à Dieu. Il soutient toutefois que les commerçants qui sont déguerpis sont victimes d'injustice. 

"Je ressens une frustration et une injustice. Mais je ne suis pas surpris, car c'était ça la volonté du gouvernement. C'est pourquoi ils ont agi ainsi pour m'affecter. Mais je m'en remets à Dieu, seul juge. Les commerçants qu'ils sont en train de déguerpir, ils leur font du tort. Puisqu'ils n'ont aucun contrat avec eux. Etant le signataire des contrats avec ces commerçants, ils ne devaient pas partir là-bas leur jeter des gaz lacrymogènes. A chacun d'apprécier cette manière de faire", a déclaré Elhadj Ousmane Fatako Baldé.

L'Etat guinéen a décidé de dessaisir cet opérateur économique de ses biens qu'il a acquis au temps de feu général Lansana Conté. Le gouvernement brandit l'argument selon lequel, Elhadj Sans Loi n'aurait pas respecté les termes du contrat. Ce jeudi des gendarmes ont investi le centre litigieux, obligeant les commerçants de plier bagages. 

"Ça ne devait pas se passer comme ça, je demande à toutes les victimes de cette injustice, de garder le calme et d'avoir la foi. Si on était dans un Etat civilisé, on aurait agi différemment. Dans d'autres pays, l'Etat construit des habitations, des infrastructures pour ses citoyens, mais ici on détruit, on prive, on déloge de pauvres innocents en leur jetant des gaz lacrymogènes, sur un domaine baillé, alors que l'acquéreur du bail est vivant. A chacun de juger. Mais aux commerçants, je les invite à garder la patience et d'être calme", a-t-il lancé.

A suivre…

Africaguinee.com

 

Créé le Jeudi 12 novembre 2020 à 19:26