Guinée: Des chefs religieux dans le collimateur des autorités…

Violences postélectorales
Des policiers déployés pour le maintien d'ordre à Conakry
Des policiers déployés pour le maintien d'ordre à Conakry

CONAKRY-Plusieurs leaders religieux sont dans le collimateur du Gouvernement guinéen qui, à travers le ministère de la justice, a engagé de vastes opérations "d'arrestations et de traques" de personnes soupçonnées d'être impliquées dans les violences postélectorales notamment à Conakry.

Des imams ont déjà arrêtés dont un à Wanindara, un autre à Sonfonia où le train minéralier de Fria a été attaqué et quatre gendarmes tués.

"Quand  un chef religieux se dégage de son statut et de ses contraintes religieuses pour s'enrôler dans des bandes criminelles d'attaques armées contre les services de l'Etat des institutions, il cesse d'être un chef religieux et il sera traité comme un criminel de grand chemin. Nous constatons çà et là malheureusement des propos émanant des chefs religieux qui vont jusqu'à lancer des appels à l'intifada. C'est extrêmement grave", a averti le garde des sceaux.

Des commissions rogatoires sont en cours d'exécution, des perquisitions sont annoncés et programmés, annonce maître Mory Doumbouya. "Tous ceux qui pensent qu'ils ne sont pas connus alors qu'ils sont connus sont activement recherchés par les services de sécurité", a-t-il martelé. Plus de 240 personnes ont été arrêtées à travers le pays en marge des violences postélectorales. 

A suivre…

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

 

Créé le Dimanche 01 novembre 2020 à 10:44