Cellou : "On ne s’attend pas à grand-chose de la communauté internationale"

Crise postélectorale
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG

CONAKRY- S'il salue la prise de position de l'Union Européenne et de la France qui ont unanimement jeté le "doute sur la sincérité des résultats" de la présidentielle du 18 octobre, Cellou Dalein Diallo ne se fait cependant pas d’illusions.

L'opposant qui s'est exprimé cet après-midi après la levée du siège à son domicile, a déclaré qu'il ne s'attend pas à "grand-chose" de la communauté internationale dans la résolution de la crise postélectorale.

“Je l'ai dit et répété, on ne s'attend pas à grand-chose de la part de cette communauté internationale”, a déclaré le vainqueur autoproclamé des élections du 18 octobre.

Cellou Dalein a salué la prise de position de certaines organisations internationales qui ont condamné les violences et exprimé des doutes sur la transparence du scrutin.

“Je pense que ce n'est pas négligeable qu’aussi bien l'Union européenne que la France ont fini par condamner les violences et exprimer des doutes sur la transparence du scrutin ”, a-t-il salué.

L'ancien premier ministre a averti que sa prochaine bataille sera la reconnaissance de sa "victoire". “La revendication principale pour laquelle on se battra jusqu'à la victoire, c'est la reconnaissance de notre victoire acquise dans les urnes”, a prévenu le candidat de l'Alliance nationale pour l’alternance et la démocratie qui s’exprimait juste après la levée du siège de son domicile.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com 

Tel : (+224) 669 91 93 06 

 

 

Créé le Mercredi 28 octobre 2020 à 19:37