Exactions à Conakry : des bérets rouges accusés de casses, vandalisme et pillage…

Violences postélectorales
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY-Certains habitants de la haute banlieue de Conakry vivent dans un climat de terreur depuis quelques jours. Des agents de sécurité déployés sur le terrain pour le maintien d'ordre sont accusés d'une série d'infractions : arrestations arbitraires, casses, pillage, vandalisme…

Ce lundi 26 octobre 2020, plusieurs citoyens ont vécu "l'enfer" à la Transversale (T 8) de la Cimenterie. Joint par Africaguinee.com, certains ont témoigné, accusant des bérets rouges, unité d'élite de l'armée guinéenne. 

 « Les forces de l’ordre sont venues piller notre restaurant. Ils ont cassé toute la devanture. Ils ont voulu rentrer, mais ils n’ont pas pu. Je les ai aperçus dans le quartier, ce sont des bérets rouges qui sont venus. Ils sont nombreux et ils ont tiré à balle réelle.  Mon mari et moi, nous sommes menacés.  J’ai tellement peur », a raconté une habitante de la T8.

Un autre résidant du quartier explique avoir échappé de justesse. « Ce lundi à 9h, des bérets rouges armés de fusils sont descendus dans notre quartier en compagnie des civils. J’étais sorti pour acheter à manger. Je n’ai même pas eu le temps de prendre ma monnaie. Ils tiraient partout. On a couru pour nous enfermer dans les maisons. Nous vivons dans la peur que les balles nous atteignent à l’intérieur de nos maisons. Nous ne savons pas quoi faire», s’est alarmé ce jeune qui a requis l’anonymat.   

Du côté de Bailobayah, un quartier de la commune urbaine de Dubréka à Wanindara, Coza, Bambeto et Hamdallaye, des cas similaires sont fréquemment enregistrés.

 

Bah Ayissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

 

Créé le Mardi 27 octobre 2020 à 11:02