Crise postélectorale : les violences gagnent la Haute Guinée...

Violences postélectorales
Violences à Kérouané, image d'archive
Violences à Kérouané, image d'archive

KEROUANE-Les violences postélectorales continuent de s'étendre à travers le pays. Dans la préfecture de Kérouané, des scènes de pillages ont été enregistrées ce vendredi. Le siège de l'union des forces démocratiques de Guinée, a été attaqué, tout le contenu emporté.

La journée de ce vendredi 23 octobre 2020, a été très mouvementée dans la préfecture de Kérouané, en Haute Guinée. Des groupes de jeunes ont semé la terreur dans la ville de Samory Touré. Le siège de la principale formation politique de l'opposition (UFDG) a été attaqué. Des boutiques ont également été vandalisées et vidées de leurs contenus.  

Joint au téléphone par notre correspondant régional, un responsable de l'Ufdg dans la préfecture de Kérouané nous a expliqué les circonstances de ces violences.        

"Hier un jeune qui quittait de Kérouané dans un pickup du RPG en partance pour Conakry aurait été attaqué à Mamou, une ville émaillée par des violences depuis mardi dernier . Son véhicule a été vandalisé et lui en question tabassé. A son retour, il a appelé ses frères ici pour leur expliquer la situation. 

Aujourd'hui des jeunes se sont levés en disant que ce sont des partisans de l'UFDG qui l'ont attaqué. C'est là que les violences ont commencé.  Ils se sont attaqués aux boutiques des citoyens originaires de la moyenne Guinée, le siège de l'Ufdg et même moi autochtone ils m'ont attaqué", a expliqué, El Komi Touré coordinateur de l'UFDG dans la préfecture de Kérouané. 

Pour l'heure, nous n'avons pas pu avoir la réaction des autorités locales de la préfecture de Kérouané.     

Depuis Kankan, Facely Sanoh

Pour Africaguine.com

Créé le Vendredi 23 octobre 2020 à 18:25