Alpha termine sa campagne dans la ferveur: "Pourquoi je restais à Sékhoutoureya…"

Campagne électorale
Alpha Condé, président de la République de Guinée
Alpha Condé, président de la République de Guinée

CONAKRY-Il y avait du monde ce vendredi 16 octobre 20 au Stade du 28 septembre, où le RPG arc-en-ciel a tenu son dernier meeting de campagne, à 48 heures de l'élection présidentielle, prévue ce dimanche 18 octobre. La vague jaune a déferlé dans l'antre du stade mythique de Conakry, vendredi 16 octobre 2020, pour acclamer son champion, Alpha Condé, candidat à sa propre succession.

Dans son discours tenu devant une marée humaine tout de jaune vêtue, le président Condé est revenu sur son bilan qu'il défend avec fierté avant de fustiger celui des anciens premiers ministres devenus opposants.

En 2011, j’ai dit que j’ai hérité d’une nation, pas un État. Jusqu'à mon arrivée, la Guinée était appelée "panier percé" à Washington”, a-t-il rappelé à l’entame de son propos, devant des milliers de militants du Rpg Arc-en-ciel, massivement mobilisés.

Ceux qui parlent aujourd'hui et qui ont trahi le président  Lansana  Conté,  ont été incapables d'achever  un seul programme  avec le Fonds monétaire”, se moque-t-il faisant référence aux anciens premiers ministres devenus opposants, notamment son principal adversaire Cellou Dalein Diallo.

Poursuivant, Alpha Condé a expliqué pourquoi il avait choisi au début de faire sa campagne par visioconférence.

Dans ce pays, certains pensent que c’est le mensonge qui peut faire gagner. J’ai voulu montrer à la jeunesse guinéenne que nous sommes pleins dans la 4e révolution. C’est pourquoi, je restais à Sékhoutouréyah pour communiquer par visioconférence avec les populations de l’intérieur du pays. Comme certains vivent dans le mensonge, ils ont dit partout : il est malade, il est couché.  Quelqu’un qui vit dans le mensonge ne pourra jamais diriger un pays”, prévient le chef de l’État qui s'est réjoui de la mobilisation des populations de l’intérieur du pays.

C’est le samedi dernier que j’ai dit aux gens de Nzérékoré que je viendrai là-bas. Vous avez vu la mobilisation de Nzérékoré. En quatre jours, j’ai fait Nzérékoré, Lola, Macenta, Guéckédou, Kissidougou, Kankan, Siguiri, Faranah, Mamou”, souligne-t-il en réitérant le défi lancé aux autres candidats de marcher de Matoto à Kaloum.

Abdoul Malick Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 669 91 93 06

 

Créé le Samedi 17 octobre 2020 à 0:55