Qui doit publier les résultats? Damantang rallume la flamme de la controverse…

Election présidentielle en Guinée
Damantang Albert Camara et Ousmane Gaoual Diallo
Damantang Albert Camara et Ousmane Gaoual Diallo

CONAKRY-Qui doit publier les résultats de l'élection présidentielle de ce dimanche ? Alors que la polémique liée à la transmission des procès-verbaux peine à s'estomper, une nouvelle controverse surgit. Celle-ci est rallumée par le ministre Albert Damantang Camara.

Dans un communiqué publié ce 16 octobre 2020, le Ministre de la Sécurité et de la protection Civile, avertit qu'au-delà de la CENI et de la Cour Constitutionnelle, aucune autre structure ou institution publique ou privée ne peut proclamer les résultats de l’élection présidentielle.

"Conformément aux dispositions : -   de la Constitution qui consacre la Cour constitutionnelle comme seul organe pour veiller à la régularité des consultations électorales nationales dont il proclame les résultats définitifs et qui attribuent à la Commission Électorale Nationale Indépendante la compétence exclusive de proclamer les résultats provisoires de l’élection présidentielle ;

-        de la loi organique L/2017/0039/AN du 24 février 2017 portant Code électoral révisé ;

-    de la loi organique L/2018/044/AN du 05 juillet 2018 portant modification de certaines dispositions de la Loi/2012/016/CNT du 19 septembre 2012 portant création, organisation, attributions et fonctionnement de la Commission Électorale Nationale Indépendante ;

-        de la loi organique L/2010/003/CNT/ du 22 juin 2010 portant attributions, organisation, composition et fonctionnement de la Haute Autorité de la Communication ;

-        de la loi n° 2016/059/AN du 26 octobre 2016 portant Code pénal ;

Le Ministère de la Sécurité et de la Protection Civile rappelle que la proclamation des résultats de l’élection présidentielle est de la compétence exclusive des institutions officielles de la République de Guinée, à savoir la Commission Nationale Électorale Indépendante et la Cour Constitutionnelle.

Aucune autre structure ou institution publique ou privée ne peut proclamer les résultats de l’élection présidentielle. 

Il est également interdit à tout citoyen, tout organe de presse écrite ou audiovisuelle, tout site internet, toute organisation de la société civile, toute organisation internationale, toute représentation diplomatique de publier ou communiquer un quelconque résultat avant les institutions nationales reconnues sous peine de poursuites judiciaires", précise la note du ministre Damantang.

L'opposition prévient que quoiqu'il advienne, elle publiera les résultats sortis des bureaux de vote. C'est du moins ce qu'affirme Ousmane Gaoual Diallo, le directeur de la cellule de communication de l'UFDG. Selon lui, la déclaration du ministre de sécurité est de nul effet.

« En république de Guinée, la loi électorale dispose clairement, que chaque bureau de vote, à l’issue du décompte et la répartition des voix doit afficher devant le bureau de vote le résultat de celui-ci. Dès l’instant que le résultat est affiché, il est public. Il appartiendra aux organes de presse, aux partis en lice d’amplifier ce résultat. Il n’y aucun monopole ni de la CENI, ni de la Cour Constitutionnelle sur ces résultats rendus publics. Donc la déclaration du ministre de la sécurité est nulle pour ce qui nous concerne.

Nous ferons en sorte que tous les résultats soient rendus publics. S’ils ont peur de la vérité, alors qu’ils prennent des dispositions pour que ces élections n’aient ps lieu. Mais si l’élection a lieu, la vérité jaillira. Et nous y ferons échos de cela. Ils pourront en ce moment-là nous arrêter, emprisonner et nous assassiner. Mais les guinéens et le monde entier connaitront ce qui se passe dans le bureau de vote de chaque localité de ce pays. Et nous rendrons public cela.

A partir du moment où l’information est publique, pourquoi nous devrions attendre que quelqu’un d’autre l’amplifie ? De quoi ont-ils peur ? De quoi l’Etat guinéen a-t-il peur ? De la vérité ? Il ne devrait pas être effrayé par ça. Donc les résultats des élections sont publics dès l’instant qu’ils sont affichés devant les bureaux de vote et tous les citoyens, en tant que sentinelles de la démocratie sont appelés à l’amplifier. Et c’est ce que nous allons faire », a tranché Ousmane Gaoual Diallo.  

A suivre…

Siddy Koundara Diallo

Pour Africaguinee.com

Créé le Vendredi 16 octobre 2020 à 19:10