Ibrahima Kourouma : "Pourquoi nous avons sommé Elhadj Sans Loi de quitter…"

Interview
Ibrahima Kourouma ministre de la ville et de l’aménagement du territoire
Ibrahima Kourouma ministre de la ville et de l’aménagement du territoire

CONAKRY- Le président de la coordination Haali Poular est-il victime d’un « règlement de compte » ? Alors que beaucoup s’interrogent sur l’origine des « ennuis » d’Elhadj Ousmane « Sans Loi » Baldé, le ministre Ibrahima Kourouma fait des « révélations ».

Interrogé par Africaguinee.com, le ministre de la ville et de l’aménagement du territoire, a apporté des « clarifications » sur cette affaire. Entretien exclusif !

 

AFRICAGUINEE.COM : On a été informé que vos services ont dessaisi El hadj Ousmane Baldé ‘’Sans Loi’’ de certains de ses biens. Pourquoi ?

IBRAHIMA KOUROUMA : Il avait des baux dont les clauses n’ont pas été respectées et nous avons annulé le bail. On le lui a notifié par voie d’huissier pour qu’il quitte les lieux. Donc, je pense que c’est tout. C’est juste une question du non-respect des clauses du bail. A l’issu de ça, nous avons pris une décision d’annuler le bail après on lui a fait une notification de quitter les lieux.  Ça fait des mois, il n’y a rien. Donc nous sommes obligés de prendre nos dispositions pour qu’il quitte les lieux. Ce sont des domaines de l’Etat.

Voulez-vous dire que depuis des mois vous l’aviez averti ?

Il le sait. Il a le courrier, je ne sais pas exactement la date mais il y a longtemps qu’on l’a déposé par voie d’huissier.

Certains estiment qu’il s’agit d’un règlement de compte à cause de son opposition au troisième mandat. Qu’en dites-vous ?

Non, non. Ce n’est pas un règlement de compte. Ça n’a rien à voir. Il y a des clauses qui n’ont pas été respectées dans les différents baux qu’il a. On le lui a notifié par voie d’huissier, on a demandé à ce qu’il quitte maintenant. Bon écoutez, ça ne va pas continuer, ça prend tellement du temps. On a tout fait jusqu’à présent il n’y a rien. Donc on a décidé de récupérer tous les domaines qu’il a et sur lesquels il y a eu l’annulation des baux. Il y a eu du temps, vous verrez le contenu sur le document déposé par voie d’huissier.

Quels sont fondamentalement les domaines qui sont ciblés ?

Il y a un au port, un au niveau de Matam et puis il y a CEFAO à Kindia. Il n’y a rien d’un règlement de compte, c’est fait dans les règles de l’art. Tout s’est passé de façon normale. Les annulations ont été faites, ensuite on a fait la notification par voie d’huissier en suivant tous les principes (…). Il n’y a rien d’un règlement de compte. Et il n’est pas le seul parce que ça se fait régulièrement. Donc tous les gens qui ont des baux dont les clauses n’ont pas été respectées, automatiquement on prend les dispositions pour annuler le bail et on le notifie tout par voie d’huissier.

Entretien réalisé par Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 16 octobre 2020 à 4:32