Cellou à Mamou: "Sanctionnez-le sévèrement dans les urnes…"

Campagne électorale
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG en meeting à Mamou
Cellou Dalein Diallo, leader de l'UFDG en meeting à Mamou

MAMOU-Il y avait du monde ce mardi 13 octobre 2020, dans les rues de Mamou, où Cellou Dalein Diallo, a animé un meeting, après son rendez-vous manqué sur Kankan. C'est une déferlante humaine qui a pris d'assaut les différentes artères de la ville carrefour pour recevoir le leader de l'UFDG. Le principal adversaire d'Alpha Condé s'est adressé à ses partisans au stade préfectoral sis au quartier Conserverie, plein à craquer. La mobilisation était époustouflante, a-t-on constaté. Dans son discours, l'ancien premier ministre est revenu sur plusieurs points : la répression dont ont été victimes les militants du FNDC pendant les manifestations contre la réforme constitutionnelle, sa tournée en forêt, sa mésaventure en Haute Guinée, les violences à Kankan entre autres. Cellou Dalein Diallo a appelé à un vote sanction contre Alpha Condé.  

"Vous avez été violentés, bastonnés, séquestrés, la plupart de vos maires ont été arrêtés et mis en prison, les secrétaires fédéraux, les membres du comité fédéral des jeunes, les femmes, chacun a payé. Alpha et ses milices ont exercé des violences inhumaines sur Mamou. Je tiens à vous exprimer toutes les félicitations du FNDC pour ce combat héroïque que vous avez mené à Mamou malgré cette répression.  Je voudrais exprimer ma solidarité et celle du FNDC vis-à-vis de ceux qui ont été humiliés, arbitrairement arrêtés et détenus pendant longtemps.

On n’a pas besoin de revenir sur l’hospitalité de Mamou, c’est une ville hospitalière par excellence où se retrouvent toutes les composantes de notre pays et qui vivent en harmonie, dans la confiance, la solidarité, la tolérance. C’est cette image que nous voulons donner à la Guinée de demain. Mamou est uni, solidaire, les fils de Mamou sont tolérants. Il y a une véritable fraternité au-delà des ethnies et partis politiques à Mamou. Nous voulons que demain la Guinée soit comme Mamou. Une Guinée fière de sa diversité culturelle et linguistique qui ne doit pas être un handicap pour une communauté. Cette diversité doit être un atout pour la construction d’une Guinée favorable et prospère.

Mes frères et sœurs nous sommes à quelques jours des élections présidentielles le 18 octobre 2020, vous avez souhaité que l’UFDG participe à cette élection, nous avons écouté nos bases et fédérations de l’intérieur comme de l’extérieur qui ont demandé que l’UFDG présente un candidat, nous l’avons fait. Et votre candidat est devant vous aujourd’hui. Je n’ai aucun doute quant au score que fera Mamou. Vous restez fidèles à vos traditions, vous allez plébisciter votre candidat et sanctionner sévèrement Alpha Condé dans les urnes, pour avoir divisé la Guinée en ethnies, pour avoir assassiné vos enfants lors des manifestations pacifiques de l’opposition ou du FNDC.

Monsieur Alpha Condé est responsable de la mort de 203 personnes abattues à bout portant par les forces de l’ordre. La seule sanction infligée aux auteurs de ces crimes c’est la promotion des crimes dans leur carrière. Il a accordé une impunité totale à ceux qui ont tué vos enfants. Mamou dans le soutien de l’UFDG, vous n’avez jamais été isolés.  Aujourd’hui, nous venons de la région forestière vous avez suivi l’accueil qui nous a été réservé, à Kissidougou, Guéckédou, Macenta, Nzérékoré, Lola, à Faranah.

Nous étions allées convaincre nos compatriotes de la forêt mais on a trouvé qu’ils étaient plus convaincus que nous et qu’on va dégager Alpha Condé. Ils m’ont dit tout ce qu’ils ont subis depuis qu’Alpha Condé est au pouvoir. Ils m’ont relaté des promesses non tenues et des infrastructures qui n’ont même pas été entretenues, de la violence dont leurs enfants ont été victimes notamment avant, pendant et après le double scrutin du 22 mars.  Ils ont perdu beaucoup d’hommes et de femmes dont certains ont été enterrés nuitamment dans la forêt du 1er mai. Ils m’ont parlé des conditions difficiles de vies, des déficits d’infrastructures, de cette administration répressive et de tout ce qu’ils subissent comme misère de la part de cette administration d’Alpha.

Ils m’ont parlé de la division qu’il impose entre les ethnies, les konias et les Kpelés. Entre les Kpelés et les Manos. Ils m’ont dit qu’ils ne veulent plus d’Alpha. Donc, Mamou vous n’êtes pas isolés, c’est aujourd’hui toute la Guinée qui veut dégager Alpha Condé. D’abord pour son bilan catastrophique. J’ai eu le privilège de faire Conakry- Nzérékoré sur les routes de l’enfer, on dira un Etat en guerre. Il y a eu aucun entretien du réseau routier. Ce n’est pas possible. Pour faire 100 kilomètres vous êtes obligés de faire 4 heures du temps. Mes chers compatriotes de Mamou, vous connaissez les méfaits de la mauvaise gouvernance d’Alpha Condé.

En haute Guinée, notamment à Kankan, Mandiana et à Siguiri, il y a eu près de 500 associations de jeunes qui ont décidé de soutenir le candidat de l’UFDG. Effrayé par cet élan de sympathie et par le soutien massif des jeunes de la haute Guinée à ma candidature, Alpha Condé a décidé réprimer l’UFDG en haute Guinée.  Et d’empêcher toute activité de notre parti.  Ils ont recruté des jeunes qui se sont livrés à des exactions contre les militants de notre parti. Ils ont déchiré les banderoles, détruit les pièces d’animations, ils se sont attaqués à notre siège, ils ont descendus nos couleurs pour afficher les leurs. Il a dit qu'il ne faut pas laisser Cellou aller se pavaner dans ses fiefs. Et naturellement ses instructions ont été suivies et fait. Ils sont allés ériger un barrage devant notre cortège.

Certains d’entre vous se sont posés la question pourquoi on a n’a pas forcé pour continuer. Je vais vous le dire. Ce n’est pas un manque de courage. C’était des enfants qui ont l’âge de mes enfants. Ce sont des jeunes qui sont victimes de la manipulation du RPG. J’aurais pu demander à mes gardes de nous dégager la voie pour qu’on passe. Mais j’ai estimé que vouloir engager un combat contre ces jeunes innocents n’est pas responsable de ma part. Ils n’étaient pas conscients de ce qu’ils ont fait et ce qu’ils étaient en train de faire. Ils ont été manipulés sur instruction d’Alpha Condé. C’était des jeunes de moins de 30 ans déployés depuis Kankan. Ils étaient agités, excités et voulaient l’affrontement.

On aurait pu aller à l’affrontement mais, ces jeunes sont des victimes d’Alpha. Nous avons décidé d’éviter tout affrontement avec des jeunes garçons qui ont l’âge de mes enfants. Ce n’est pas responsable. Quelqu’un serait mort certainement, parce que certains d’entre eux étaient armés d’armes blanches. Il y avait des couteaux, des hanches, des coupes coupes. J’ai décidé compte tenu de mon attachement à la jeunesse, compte tenu de l’intérêt pour la paix et de l’enjeu, je ne voulais pas que ces jeunes déjà victimes de la manipulation d’Alpha et de ces extrémistes, je ne voulais pas qu’il y ait des morts ou des blessés à cette occasion"

Créé le Mardi 13 octobre 2020 à 19:59