Autonomisation des femmes : l'ONG Make Every Woman Count forme plusieurs structures féminines

Publireportage
L'ONG Make Every Woman Count forme plusieurs ONG féminines
L'ONG Make Every Woman Count forme plusieurs ONG féminines

CONAKRY- Un atelier de formation portant sur la promotion des droits et l’autonomisation des femmes a été ouvert ce lundi 28 septembre 2020, à Conakry. Organisée par l'ONG Make Every Woman Count, cette formation vise 25 ONG féminines et des institutions étatiques de défense des droits des femmes.

Pendant 6 jours, les participants vont échanger, entre autres sur : l’application du protocole de Maputo, la santé, les droits sexuels et reproductifs en Guinée. L’objectif est d'outiller la couche féminine afin de la permettre de mieux faire des plaidoyers et surmonter les obstacles qui empêchent l’exercice de ses droits et de son épanouissement.  

Présidant la cérémonie d’ouverture, la ministre des Droits et de l’autonomisation des femmes a salué l’initiative. « J’apprécie fortement cette belle initiative qui consiste à la formation des ONG féminines et des medias pour la mise en œuvre du protocole de Maputo. Et surtout l’observation de l’application effective de la santé de la reproduction. Elle vient renforcer la capacité de toutes ces ONG et nous savons que la Guinée a ratifié ce protocole mais jusqu’à date, nous n’avons pas pu déposer le rapport y afférents. Pour l’élaboration de ce rapport et les rapports alternatifs, il y a nécessité de renforcer les capacités des différents intervenants dans la chaine», a déclaré madame Hawa Béavogui qui encourage par la même occasion les ONG féminines bénéficiaires de cette formation, à s’impliquer dans la lutte contre les Violences basées sur le genre (Vbg).

« Les violences faites aux femmes sont récurrentes en Guinée. C’est les femmes qui doivent être actives et si elles s’approprient des outils, elles pourront bannir ce fléau qui gangrène la société», a affirmé la ministre Béavogui.

Prenant la parole depuis Londres par visioconférence, la directrice exécutive de l'ONG Make Every Woman Count, a déclaré que cette activité est un partage d’expériences et d’informations  pour coordonner les efforts des femmes sur le terrain afin d’atteindre l’autonomisation et le droit des femmes. «C’est une occasion pour nous d’apprendre de vous pour permettre de travailler sur le cas de la Guinée. On espère voir la Guinée parmi le programme du protocole de Maputo qu’il a ratifié», a déclaré Raїnatou Sow en visioconférence depuis Londres.

Face au manque des statistiques en terme de projets réalisés par les femmes en Afrique, notamment en Guinée, la chargée de plaidoyer de Make Every Woman Count a déclaré que son organisation a décidé de fournir  des informations sur  des données fiables sur les différentes luttes menées sur le plan national qui seront remontées à l’Union africaine pour pouvoir budgétiser des programmes en faveur des femmes africaines.   

«Nous travaillons sur la politique axée sur le genre, sur les plaidoyers et les formations des organisations de défense de droits des femmes en documentant des projets réalisés. Egalement les lacunes, les bonnes pratiques qui ont été faites en ce qui concernent les droits des femmes fondés sur des preuves pour alerter les Etats africains et les inciter à améliorer les efforts dans le domaine de l’égalité des sexes et les droits des femmes», a indiqué Makalé Soumah.

 Cette série de formations ciblant les femmes de la Société civile et les journalistes s’étendra jusqu’au 03 octobre prochain. Elle sera animée par des facilitateurs comme Amy Sakho venu du Sénégal,  le juriste Monsieur Kabuya et d’autres intervenantes en visioconférence à partir du Kenya et de Londres.

Bah Aїssatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

 

Créé le Mardi 29 septembre 2020 à 10:12