Covid-19 : l'UNFPA forme des journalistes sur la nécessité d’assurer la continuité des services de santé

Santé

COYAH- Une quinzaine de journalistes guinéens spécialisés en santé ont bénéficié d’une formation du 08 au 11 septembre 20, sur le thème «assurer la continuité des services de santé pendant la Covid-19».

Initiée par le fonds des nations-unies pour la population (UNFPA) la formation vise à lutter contre les rumeurs dans le cadre des soins dans les structures sanitaires en cette période de crise sanitaire provoquée par la Covid-19.

A l’initiative du Ministère de la Santé en collaboration avec le Fonds des Nations-Unies pour la population (UNFPA), cette formation des journalistes avait également pour objectif de promouvoir le traitement des informations liées de santé de la reproduction et du genre en période de crise sanitaire.

Durant ces 4 jours d’échanges, plusieurs thématiques ont été abordées. Il s'agit entre autres de : la santé maternelle en période de Covid-19, la santé sexuelle et reproductive, les Violences basées sur le genre, mais aussi l’éthique et la déontologie et responsabilité sociale du journaliste dans le contexte de la Covid-19.

L’objectif, selon Dr Apollinaire Delamou de l’Unfpa, est d’amener les médias à «développer des messages liés à la santé de la reproduction pendant la Covid-19  et à la disponibilité des services de santé même en période de crise sanitaire pour lutter contre les rumeurs».

Rappelant la baisse de la fréquentation des hôpitaux pendant Ebola, la cheffe de section santé maternelle au Ministère de la Santé a annoncé que dans le cadre du projet Takeda, son département a pris des dispositions sur la nécessité d’assurer la continuité des services de santé en période de Covid-19.

«Lors de l’épidémie Ebola, les femmes à l’âge de procréer ne fréquentaient pas les structures sanitaires. Cette fois-ci, le ministère a jugé utile de prendre les devants pour qu’ensemble avec les journalistes, porter des messages pour encourager la continuité des soins. A Conakry, 15 structures sanitaires ont été choisies où on va axer toutes nos forces pour que les femmes n’aient pas peur. Le Ministère de la santé va mettre tout son possible pour que les structures sanitaires offrent des meilleurs soins à travers le renforcement du personnel médical. On va recruter des sages-femmes, des infirmiers et tout le personnel manquant pour combler le déficit. Ensuite, fournir des équipements et des médicaments pour que les femmes acceptent de ne pas rompre les soins. Elles ont peur de venir dans les structures sanitaires et le personnel aussi a peur de donner les prestations. Les journalistes peuvent informer et sensibiliser la population», a souligné Dr Maimouna Diallo.

TAKEDA est un projet pilote qui s’étend sur 8 mois et dans 3 pays : Guinée, Benin et Togo.

Bah Aïssatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Lundi 14 septembre 2020 à 7:49

TAGS