Sidya à Conakry : "Si Alpha est candidat aux élections du 18 octobre…"

Election présidentielle en Guinée
Sidya Touré, leader de l'UFR
Sidya Touré, leader de l'UFR

CONAKRY-Sidya Touré, le leader de l'Union des Forces Républicaines (UFR) qui a regagné Conakry ce lundi 24 août 2020, s'est exprimé sur les élections présidentielle du 18 octobre. L'opposant avertit que ce scrutin n'aura aucun enjeu si le président Alpha Condé est candidat.

"Les élections du 18 octobre n'ont pas d'enjeu. Si Alpha est là, il fera comme la Constitution, il va vouloir se déclarer vainqueur d'une élection qui n'a pas eu lieu. Les élections c'est d'abord un consensus autour d'un certain nombre de chose essentiel. Le code électoral, on le bafoue tous les jours, le fichier électoral avec 12 millions d'habitants, ils ont commencé par 11 millions 300 mille électeurs, après ils sont descendus à 8 millions, ensuite à 7 millions ainsi de suite… Mais nous, nous avons dit qu'on ne peut pas aller aux élections parce qu'il y a plus de deux millions d'électeurs qui sont complètement inventés dans ce fichier", a martelé l'ancien premier ministre.

Désigné par son pari le RPG arc-en-ciel, Alpha Condé n'a pas dit encore s'il sera candidat ou pas. Le chef de l'Etat maintient le suspense alors que dans son camp l'impatience grandit. Pour Sidya Touré, avec un fichier électoral fiable et des élections transparentes, n'importe quel candidat de l'opposition peut battre dans les urnes Alpha Condé, probable candidat sortant.

"S'il y a un fichier fiable et qu'il y ait des élections transparentes n'importe qui d'entre nous peut battre Alpha. Parce que personne n'a fait un bilan de dix ans avec une médiocrité aussi incommensurable. Mais ce n'est pas des élections qu'on organise, c'est un simulacre", affirme M. Touré.  

L'ancien premier ministre rassure que "l'union pour le combat contre le troisième mandat et contre le fait qu'Alpha puisse s'installer au Pouvoir à vie, est absolu. Notre décision est là, on ne l'a pas changé encore", a-t-il dit, annonçant qu'il convoquera une réunion avec ses partisans pour parler de la situation actuelle du pays et envisager les actions à mener dans les jours et les semaines à venir.

Alors qu'au sein du FNDC certains partis membres du mouvement ont annoncé déjà leur candidature au scrutin du 18 octobre, Sidya Touré révèle que cette option n'était pas envisagée dans la coalition. "Dans le cadre du FNDC on avait prévu que nous ne participions pas aux élections. Nous ne reconnaissons pas la nouvelle constitution, nous ne reconnaissons pas l'assemblée nationale (…) Nous avons une position claire par rapport à ça", a-t-il tranché, annonçant toutefois une réunion du FNDC pour parler de cette question, s'exprimant à sa résidence sise à la Minière.

" Nous devons avoir une réunion du FNDC pour régler cette question. Je pense qu'elle aura probablement lieu demain. On en parlera", a-t-il dit. Alors que l'UFDG de Cellou Dalein Diallo, a ouvert des consultations autour de sa participation ou non au scrutin du 18 octobre, Sidya Touré prévient qu'il ne croit pas à ces élections.

"Nous ne croyons pas en ces élections. Ce, en quoi nous croyons, c'est la dissolution de l'Assemblée Nationale, c'est le fait que quelqu'un ai fait voter une constitution, et qui, après a pris un crayon et une gomme pour modifier les articles. On n'est plus un Etat. Ce n'est pas normal", laisse entendre le président de l'UFR, appelant les guinéens à "ouvrir les yeux", comme l'ont fait les maliens.

"Il faut qu'on s'élève un peu et que nous disions qu'à un moment donné, il y a des choses qui ne sont pas acceptables et que nous méritons mieux que ça", appelle SIDYA TOURE.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 112

 

Créé le Lundi 24 août 2020 à 19:38