Crise au Novotel-150 travailleurs "privés" de salaires : Alpha Condé interpellé…

Société
Photomontage Africaguinee.com
Photomontage Africaguinee.com

CONAKRY-Jadis fleuron de l'industrie hôtelière en Guinée, le Novotel "Grand Hôtel de l'indépendance" plonge dans la crise. Au moins 150 salariés de ce grand complexe hôtelier de la Guinée sont privés de salaires depuis deux mois. Ces travailleurs ont été dispersés ce mercredi 29 juillet 2020 par la police alors qu’ils tenaient de faire un sit-in devant l’hôtel, pour exprimer leur colère face à la situation d'injustice dont ils seraient victimes. 

Ces salariés de NOVOTEL dénoncent les mauvaises conditions de travail. Après 4 ans de service, une hôtelière a exprimé son ras-bol et sa colère contre la société SNA à laquelle la gestion et la rénovation de l'hôtel a été confiée par l'Etat, il y a environ un an. SNA est une société sud-africaine qui s'engage à faire la rénovation et la construction d’une autre tour de 18 étages. Après la rénovation de cette infrastructure, la gestion de l’hôtel de l’indépendance va revenir désormais à ces sud-africains.

«Depuis deux mois, nous ne sommes pas payés. Nous voulons nos salaires. On ne veut plus de leur collaboration, on en marre. Depuis hier nous sommes sous la pluie pour réclamer nos droits. L’Etat guinéen doit nous aider. Nous sommes fatigués.  La société SNA qui a repris l’hôtel pour la rénovation nous doit. C’est un groupe de bandits.  Aujourd’hui, on dit de fermer l’hôtel pour la rénovation… ça fait un an depuis qu'ils se sont engagés à rénover, mais rien n’est fait. Même une brique n’a pas été posée. Ils ne savent que manipuler et mentir sur les gens. On va continuer notre mouvement », s’insurge Fatoumata Diallo, porte-parole des femmes employées de Novotel.

Lire aussi-Thierno Ousmane: "Pourquoi nous avons donné l’hôtel de l’Indépendance aux sud-africains"

Sur l’origine de ce mouvement de revendication, le secrétaire général de la section syndicale des travailleurs de NOVOTEL parle du non- respect des engagements de la part de leurs employeurs. 

« Ce qui se passe aujourd’hui est très grave.  Ils ont dit qu’ils vont garantir nos emplois pendant 2 ans équivalents à la période de rénovation et les salaires garantis (…). A partir de septembre 2019, ils ont commencé à mettre la pression soi-disant qu’il fallait déshabiller l’hôtel, parce que les travaux sont imminents. On a dit aux clients de rentrer parce que les travaux devraient démarrer. On a fini de déshabiller l’hôtel au mois de novembre. Ils ont trouvé un moyen de pression en disant que nous ne faisons rien comment ils vont nous payer.  On leur a dit de payer nos salaires pour qu’on se sépare à l’amiable. Ils ont refusé. Nous avons mené des démarches pour qu’on nous aide à rentrer en possession de nos droits. On a mené des démarches au niveau de l’inspection général du travail jusqu’à la présidence mais on n’a pas eu d’issue. On s'est dit alors que la seule solution pour nous faire attendre, il fallait faire un sit-in », a expliqué Tounkara Ibrahima, secrétaire général de la section syndicale des travailleurs de Novotel qui déplore la répression de leur mouvement par la police.

Selon nos informations, ces employés de ce hôtel autrefois appelé « Hôtel de l’Indépendance » projettent une nouvelle manifestation après la fête de Tabaski pour réclamer leur droit.

Du côté de la société SNA, on ne souhaite pas commenter ces accusations. Nos nombreuses tentatives de rentrer en contact avec le directeur de la société sont restées vaines pour l'instant.

Dossier à suivre…

Bah Aïssatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Samedi 01 août 2020 à 14:24