Coronavirus : le pire évité de justesse à l'hôpital régional de Mamou…

Coronavirus
Hôpital régional de Mamou, image d'archive
Hôpital régional de Mamou, image d'archive

MAMAOU-Dans la préfecture de Mamou le nombre de nouveaux cas de Covid-19 monte avec la tension. La phobie du Covid-19 amène certains citoyens à ne plus faire confiance aux autorités sanitaires. Et ils se montrent de plus en plus défiants. Ce dimanche 26 juillet 2020, le pire a été évité de justesse à l’hôpital régional de Mamou.

Les familles de certains patients ont pris d’assaut le centre de traitement des maladies épidémiologiques situé dans l’enceinte de l’hôpital régional. Ces familles très en colère, voulaient empêcher l’évacuation de leurs proches vers Conakry. De nombreux citoyens se sont mobilisés derrière la cour de l’hôpital, voulant forcer l’accès pour récupérer les malades. C’est dans ce tohu-bohu que les forces de l’ordre sont intervenues en lançant des gaz lacrymogènes. Sur place, plusieurs interpellations ont été enregistrées.

Interrogée, une citoyenne qui a vécu la scène dont le mari est alité à l’hôpital de Mamou explique : « On connais tous l’histoire de corona. Si tu es malade on confine toute ta famille. Mais nous, on ne nous a pas appelés. Personne n’est venu ici. Mon mari est couché à l’hôpital qui est d’ailleurs son lieu de service. On a appris qu’ils veulent les envoyer à Conakry. C’est pourquoi nous sommes là et on compte les empêcher. C’est simplement du mensonge », s’exclame cette dame sous anonymat.

Cet autre manifestant pense que les autorités sanitaires veulent juste accuser les gens pour s’enrichir. “ Depuis qu’ils ont eu les moyens, ils ne cessent de nous parler des cas confirmés. Tous les jours le nombre grimpe. Pourtant la DPS (directrice préfectorale de la santé), refusait de communiquer sur les chiffres, il fut un moment. Mais, maintenant on l’entend tous les jours. S’ils doivent envoyer notre neveu, ils enverront le directeur de l’hôpital aussi. Car lui il est couché chez lui. On va passer la nuit ici. Mais ils n’iront nulle part”, tempête cette autre femme.

C’est dans ce contexte de forte tension que trois (3) pickup des services de sécurité ont fait une descente sur les lieux et ont procédé à des interpellations. Cette descente a provoqué des affrontements entre forces de l’ordre et grognards.

Dans la préfecture de Mamou, les agents de santé sont les plus touchés par le coronavirus. L’hôpital régional  a plus de 5 agents couchés au centre de traitement.

Habib Samake

Correspondant régional

D’Africaguinee.com à Mamou

 

Créé le Lundi 27 juillet 2020 à 11:05

TAGS