Usage d’armes à feu contre des manifestants : Qu’en dit la police face aux accusations du FNDC ?

Manifestations du FNDC
Commandant Mamadou Camara, porte-parole de la police
Commandant Mamadou Camara, porte-parole de la police

CONAKRY-Accusée par le FNDC (front national pour la défense de la constitution) d’avoir fait usage d’armes à feu contre des manifestants pendant la manifestation du 20 juillet, la police vient de répondre. Interrogé par Africaguinee.com, le porte-parole de la police, Mamadou Camara, a rejeté en bloc ces accusations.

« Depuis la mise en œuvre de la Loi L09 portant  sur le maintien et le rétablissement de l’ordre, il est formellement interdit à tout agent de police de se mettre sur le terrain de maintien d’ordre avec une arme létale. Au début d’ailleurs, le ministre avait instruit et il a assisté à beaucoup de départ d’unités sur le terrain où des opérations de fouille sont organisées par les commandants d’unité pour ne pas qu’un agent porte une arme létale. Ces dispositions demeurent jusque maintenant », indique le commandant Mamadou Camara.  

Lire aussi-Violences à Conakry: Fatou Bensouda sera à nouveau saisie...

Deux citoyens guinéens ont succombé à leurs blessures par balles à Conakry ce mardi 21 juillet, lendemain d’une manifestation contre le troisième mandat d’Alpha Condé. La première victime est une jeune dame qui a été touchée à son domicile le jour de la manifestation, tandis que la seconde  est un jeune collégien fauché dans l’après-midi à Da es Salam, dans la commune de Ratoma.

« Avec tout ce qu’on a aujourd’hui, les gens disposent de téléphone portable, dès qu’il y a un acte qui se commet les images sont balancées sur les réseaux sociaux. Mais si on en parle, on n’arrive pas à envoyer les preuves, c’est difficile (…) Si nous apprenons qu’il y a eu coups de feu provenant d’une arme létale, nous-mêmes on est étonné de savoir comment cette arme s’est retrouvée sur le terrain. Puisque c’est une accusation, on est en train de chercher. Mais à priori, les agents de police que je connais particulièrement sont formellement interdits de transporter une arme létale sur un terrain de maintien d’ordre. Il est hors de question », martèle le porte-parole de la police.

Il prévient cependant que si un agent est interpellé par rapport à ça, il passera devant le conseil de discipline de la police nationale. « Nos agents utilisent sur le terrain des armes conventionnelles à savoir les gaz lacrymogènes. Ça c’est dans le cadre du maintien et du rétablissement de l’ordre. On ne parle pas de la lutte contre la criminalité, ça c’est autre chose », a-t-il précisé.

A suivre…

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 24 juillet 2020 à 19:11