Dame Adama Oury Barry parle : « comment j’ai accouché à même le sol devant l'hôpital de Ratoma »

Conakry

CONAKRY- C’est un témoignage hors du commun ! Madame Adama Oury Barry a accouché à même le sol devant le Centre Médical Communal de Ratoma. L’acte s’est produit tôt le matin ce lundi 1er juin 2020. Dame Adama Oury Barry était venue dans cet hôpital sur recommandation de son médecin. Sur place, elle a fait face à un obstacle de taille qui l’a obligé à accoucher à même le sol en bordure de route. 

Rencontrée par un journaliste de notre rédaction, dame Adama Oury Barry nous a expliqué comment cette situation lui est arrivée. Selon cette parturiente, l’infirmière qui l’a reçue au Centre médical communal de Ratoma lui a demandé d’aller à l’hôpital Ignace Deen dans l’urgence. Mais faute de moyen de transport, elle a fini par accoucher en bordure de route. 

« Je viens de Démoudoula. J’étais parti à Bomboly là où j’avais l’habitude de me traiter et le médecin de là-bas m’a demandé de venir au CMC de Ratoma ici. A mon arrivée, j’ai trouvé deux femmes qui étaient en train de laver l’hôpital, je leur ai demandé où se trouvait le médecin qu’on m’avait recommandé. Elles m’ont dit qu’il n’était pas encore arrivé. Ensuite, l’une de ces femmes a appelé une autre infirmière pour m’aider. Cette dernière a vérifié mes documents et elle m’a demandé de partir à l’hôpital  Ignace Deen immédiatement. C’est ainsi que je suis sortie au bord de la route m’asseoir devant la pharmacie qui se trouve dehors ici en attendant de trouver un taxi pour me rendre à Ignace Deen. Mais ça trouvé que j’étais à terme. J’ai accouché à la terrasse là-bas. Tout ce que les médecins m’ont dit c’est d’aller à Ignace Deen. Et lorsque j’ai accouché dehors, deux médecins étaient partis pour m’assister là-bas. Après ils m’ont pris pour me faire entrer dans l’hôpital ici. Personne d’entre eux ne m’a mal parlé. Je n’ai pas non plus eu une quelconque dispute avec les médecins » a expliqué madame Barry.

Pourquoi le Centre Médical Communal de Ratoma n’a pas voulu prendre en charge cette dame au début ? Interrogé sur cette situation, le médecin en chef adjoint de la maternité du CMC de Ratoma nous a confié que la parturiente était venue avec des complications qu’ils ne pouvaient pas gérer pour manque de produits. Selon Dr Ismaël Sylla, cette dame s’est présentée à l’hôpital avec une pré-éclampsie sévère. C’est-à-dire une tension artérielle qui était élevée à 17,12 avec une protéinurie de 5g. 

« La femme est venue dans les environs de 7h du matin. Nous avons actuellement deux équipes qui sont en place parce qu’avec cette pandémie du COVID-19 les équipes ont été suffisamment réduites. La première équipe composée de trois médecins était déjà au bloc et était en train de faire une césarienne. La deuxième équipe qui était dans la salle d’accouchement composée d’une sage-femme et un médecin était en train de diriger un accouchement sur un utérus cicatriciel. Donc c’est dans ce contexte là que la femme est arrivée à l’hôpital. La femme est venue d’un cabinet de santé et elle est venue avec certains documents dans lesquels sont notifiés la tension artérielle qui était élevée et la protéinurie qui était à 5 grammes. Donc dans une situation comme ça, nous on appelle ça la pré-éclampsie sévère et le traitement de la pré-éclampsie sévère c’est l’administration de sulfate de magnésium. Actuellement là nous n’avons pas de sulfate de magnésium. Donc la seule sage-femme qui était libre à l’instant et qui a réceptionné cette parturiente l’a demandé d’aller à Ignace Deen pour qu’elle soit prise en charge correctement. C’est dans ce parcours que la femme a accouché aux abords de la pharmacie dehors. Et lorsqu’on nous a informé qu’une femme a accouché dehors, une équipe des sages-femmes est allée pour finaliser l’accouchement et la femme a été transporté ici, ils ont fait la délivrance. Mais puisqu’on n’avait pas le sulfate de magnésium, nous avons demandé à ce que l’ambulance parte à Ignace Deen pour chercher le sulfate de magnésium et elle a bénéficié d’une voie et on est en train de faire le remplissage vasculaire », a expliqué Dr Ismaël Sylla avant d’ajouter qu’avec cette situation la patiente peut faire des crises et les complications peuvent conduire au décès maternel.

« La femme était venue avec une tension de 17,12 ce qui était trop élevée. Maintenant son état est stable. La principale raison qui nous a poussé à demander à ce que la femme soit transférée à Ignace Deen est que tout le monde est informé ici qu’il n’y a pas de sulfate de magnésium parce que le seul traitement de pré-éclampsie sévère c’est l’administration du sulfate de magnésium. S’il n’y a pas de sulfate de magnésium la maladie peut se compliquer en éclampsie c’est-à-dire que la femme peut commencer à faire des crises. Les complications peuvent aller jusqu’au décès maternel, ce qu’il faut éviter. Et les équipes étant informées qu’il n’y a pas de sulfate de magnésium donc c’est ce qui les amené à référer toutes les femmes qui sont dans cette situation-là », a indiqué le médecin en chef adjoint de la maternité du CMC de Ratoma.

 

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tél. : (00224) 666 134 023

 
Créé le Lundi 01 juin 2020 à 22:41

TAGS