Rapatriement des guinéens bloqués à l’étranger : le président Condé interpellé...

Diaspora guinéenne
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

Malgré les instructions du Président Alpha Condé de trouver des solutions pour le rapatriement des guinéens bloqués à l’étranger, les choses ne semblent pas s’accélérer alors qu’ils sont des milliers, ces guinéens coincés à l’étranger. Ils continuent de tirer le diable par la queue.

Partis pour des séminaires pour certains, d’autres pour des affaires ou encore pour se soigner, plusieurs guinéens sont aujourd’hui bloqués à l’étranger notamment au Sénégal, au Maroc, au Niger, en France à cause de la fermeture des frontières aériennes du  pays pour minimiser les risques de propagation de la pandémie du COVID-19.

Face à la détresse de ces guinéens, le Président de la République a instruit son gouvernement, il y a deux semaines, à prendre toutes les dispositions idoines afin de faciliter leur rapatriement.

« Je suis profondément sensible aux conditions difficiles dues au COVID-19 dans lesquelles vivent certains de nos compatriotes à l’Etranger, qu’il s’agisse des résidents, des étudiants ou de ceux qui y sont bloqués à la suite de la fermeture des frontières. J’ai instruit le Gouvernement à prendre toutes les dispositions nécessaires et utiles en vue d’apporter une assistance financière et exprimer notre solidarité aux familles des victimes guinéennes du coronavirus à l’Etranger, ainsi qu’à la poursuite des opérations de rapatriement volontaire de nos compatriotes, à travers des vols humanitaires », a déclaré le président Alpha Condé le 15 mai dernier dans son adresse à la Nation.

Le Chef de l’Etat a précisé que ces opérations de rapatriement doivent obéir à des critères stricts afin de préserver la sécurité sanitaire de l’ensemble des populations. Depuis cette instruction du Chef de l’Etat, aucun vol n’a pour l’instant atterri sur le tarmac de l’aéroport de Conakry. Le ministère des affaires étrangères est sorti du bois pour annoncer des mesures. Les mesures annoncées par de Mamadi Touré concernant les opérations de rapatriement ne sont pas pour l’instant pas suivies d’actions concrètes sur le terrain.

Lire aussi-Cas des guinéens bloqués à l’étranger : les annonces fortes de Mamadi Touré…

En fait les autorités font face à un problème  lié notamment à l’hébergement des voyageurs à leur arrivée à Conakry.  Le Ministère de la Santé pose  plusieurs conditions parmi lesquelles le test dans le pays de départ, le test à l’aéroport de Conakry et le confinement pendant 14 jours dans un hôtel de la place. L’hôtel ONOMO  d’une capacité de 160 chambres a été réquisitionné à cet effet. Ce qui pose un véritable problème quand on sait que 500 guinéens sont bloqués au Sénégal, 190 au Maroc, 430 au Niger. Si les capacités d’hébergement ne sont pas augmentées, il faudrait plusieurs mois pour assurer le rapatriement de tous ces guinéens.

« Nous invitons les autorités guinéennes à adapter leur stratégie aux moyens disponibles en réduisant la durée de séjour dans les hôtels à 2 ou 3 jours le temps d’obtenir les résultats des tests comme au Sénégal et réquisitionner plus d’Hotels pour permettre d’accueillir les guinéens », crie un guinéen bloqué au Maroc.

Au Sénégal, la situation est très critique. Les femmes bloquées dans ce pays ont décidé de déclencher une grève de la faim à partir de ce lundi. Plus qu’une interpellation.

Focus Africaguinee.com

Créé le Samedi 30 mai 2020 à 23:45