Covid-19 en Guinée: les musulmans s’apprêtent à célébrer l’Aid dans la dèche…

Aid el Fitr

CONAKRY- Les fidèles musulmans de Guinée s’apprêtent à célébrer l’Aid El Fitr, dans la dèche. Cette année la fête arrive dans un contexte particulier.

De nombreux fidèles s’apprêtent à célébrer la fête dans la plus grande modestie à la maison après un mois de jeûne. A cause de l’épidémie du Coronavirus présente dans le pays, les prières collectives sont interdites. Les autorités religieuses ont pris la décision qu’il n’y aura pas de rassemblement collectif pour la prière de l’Aid. Elles appellent les fidèles à prier à la maison.

Frappés de plein fouet par la crise économique causée par l’épidémie de Covid-19, plusieurs  musulmans de Guinée s’apprêtent à fêter la fin du ramadan dans la morosité. C’est le cas de cette mère de famille qui n’arrive pas à joindre les deux bouts.  Néné Camara Mme Savané a déclaré que cette année, elle n’a pas les moyens financiers d’acheter des habits de fête pour ses enfants à cause de la cherté du coût de la vie. 

« C’est une période inoubliable pour notre pays. On ne sait pas quoi dire. La conjoncture actuelle est très dure. Si on gagne la dépense, on mange et on se couche parce qu’il n’y a pas d’autres solutions. Les mosquées sont fermées et il n’y a pas autre chose à faire sauf se soumettre à la volonté de Dieu.  On va rester à la maison et manger », a regretté Néné Camara Mme Savané.

Exprimant des inquiétudes, cette mère de famille interpelle le gouvernement à redoubler  les efforts fournis en faveur des citoyens en cette période de crise sanitaire.

« Je demande aux autorités guinéennes de venir au secours encore de la population. Sinon ce n’est pas facile.  On n’a peur de cette maladie qui bouleverse notre vie. Je crains parce que le nombre de cas de Coronavirus ne fait qu’augmenter en Guinée  et  il y a certaines personnes qui  ne croient pas jusqu’à présent  à l’existence de la maladie », a alerté Mme Savané.

Même cri de cœur chez ce père de famille qui affirme que cette fête se prépare mal. « Elle  se prépare très mal cette année, vu cette pandémie, les activités sont au ralentie. Rien ne marche presque mais on tient le coup. On va célébrer cette fête de façon modeste. On va se débrouiller pour acheter des habits pour les petits enfants. Cette année, je me demande comment célébrer la fête, parce qu’il n’y aura pas de prière collective, tout va se passer en famille. D’habitude on partait dire bonjour à la belle-famille mais je pense que c’est au téléphone ça va se passer cette année », a affirmé Mamadou Lamarana Barry.

Toutefois, ce résident de Sonfonia Gare,  lance un appel à l’endroit du gouvernement à soutenir ses citoyens en cette situation difficile.  « Il faut aider les citoyens avec des mesures d’accompagnement. Il ne faut pas dire seulement aux gens de rester à la maison. S’il n’y a rien on est obligé de sortir. Tout ceux  qui sortent dans les marchés, c’est parce qu’ils n’ont rien à la maison.  Et s’ils ne sortent pas, ils ne peuvent pas nourrir leur famille et subvenir à leur besoin », a souligné Mamadou Lamara Barry.

 Mohamed  Camara ne cache pas son amertume. Il indique la fête se prépare dans de mauvaises conditions.  « Avec cette pandémie, toutes les activités sont à l’arrêt.  Rien n’est prévu de particulier, sinon de rester à la maison, de manger avec la famille après se coucher », indique t-il.

Bah Aissatou

Pour Africaguinee.com

Tél : (+224) 655 31 11 14

Créé le Vendredi 22 mai 2020 à 22:29

TAGS