Détresse des guinéens bloqués à l’étranger: Ce qu’envisagent les Autorités...

Diaspora guinéenne
Mohamed Dabo
Mohamed Dabo

CONAKRY-Qu'envisagent les autorités guinénnes pour  venir en aide aux guinéens bloqués à l'étranger? Alors que des centaines de guinéens vivent dans une situation de détresse hors des frontières depuis le début de l'épidémie de Coronavirus, le gouvernement envisage des rapatriements volontaires. Pour parler de ce sujet brûlant, Africaguinee.com a rencontré M. Mohamed Dabo, conseiller chargé des questions de la  diaspora et des carrières internationales au ministère des Affaires Etrangères. Entretien.

 

AFRICAGUINEE.COM : Quelle est la situation actuelle des guinéens vivant à l’étranger en cette période de pandémie liée à la maladie du COVID-19 ?

MOHAMED DABO : Les guinéens de l’étranger sont confrontés à deux principaux défis à date. Le premier, c’est la difficulté financière pour assurer l’inhumation de ceux qui sont décédés. Je pense que vous avez suivi tout comme nous les informations relatant le décès de certains de nos compatriotes notamment aux Etats-Unis où nous dénombrons à date plus de 20 morts. Le Gouvernement est saisi de ces questions et aujourd’hui il est en train de prendre des dispositions pour apporter toute son assistance non seulement aux victimes mais également à leurs familles. Il y a également des difficultés qui sont dues à la fermeture des frontières. Nous avons été saisis depuis quelques temps au sujet de certains compatriotes qui effectuaient des séjours dans certains pays de la sous-région et qui sont bloqués suite à la fermeture des frontières. Le Gouvernement est très sensible à cette question qui est actuellement en train d’être examinée mais comme vous le savez nous sommes dans une situation exceptionnelle et toute admission sur le territoire national est soumise à des préalables afin d’assurer la sécurité sanitaire des populations. Et en l’occurrence nous travaillons en étroite collaboration avec un certain nombre de départements ministériels compétents, notamment le Ministère de la sécurité et de la protection civile,  le ministère de l’administration du territoire et celui de la santé, pour pouvoir déterminer ensemble les solutions envisageables par rapport à cette situation que vivent certains de nos compatriotes.

Quels sont les pays où les guinéens sont plus touchés par la maladie du COVID-19 ?

On n’a pas les statistiques actualisées mais nous avons pas mal de cas dénombrés aux Etats-Unis. Je pense qu’on est en face d’une épidémie évolutive. Et il y a certains critères de détermination des personnes contaminées qui sont en train d’être établis. Donc il est difficile d’établir la liste des personnes qui sont affectées au quotidien. Nous avons également dénombré 10 cas de guinéens résidents au Ghana mais qui sont pris en charge par les structures de ce pays. Pour revenir à la situation de nos compatriotes qui sont bloqués, il y un peu moins de 200 qui sont dans cette situation au Sénégal par exemple mais toutes ces personnes selon les informations que nous avons reçues à date, ont été soumises aux tests qui se sont avérés négatifs.

A date, est-ce qu’il y a des démarches en cours pour assurer le rapatriement de ces compatriotes ?

Comme je vous l’ai dit nous sommes en période exceptionnelle et le rapatriement volontaire de nos compatriotes à l’étranger répond à des préalables. Il y a des préalables sécuritaires, des préalables sanitaires et nous travaillons en étroite collaboration avec le ministère de la sécurité et de la protection civile, le ministère de l’administration du territoire et celui de la santé pour voir dans quelle mesure cela pourrait être envisageable. Et comment cela peut être possible parce que ce n’est pas une décision qui relève du ministère des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger seulement compte tenu du contexte que nous vivons.

Avez-vous des nouvelles des guinéens qui sont dans d’autres pays au-delà des Etats-Unis et du Ghana ?

Pour l’essentiel, nous nous référons aux informations que nous envoient nos Ambassades dans ces pays et je pense qu’il y a actuellement des démarches qui sont en cours pour pouvoir organiser si possible le rapatriement de ceux qui souhaiteraient renter au pays, notamment en Belgique.

Avez-vous une idée sur le nombre de guinéens décédés du COVID-19 à l’étranger ?

A date, cet exercice est très difficile. Ces informations ne sont pas connues de nos Ambassades et elles ne peuvent être communiquées que par les autorités de ces pays.  Et à date nous n’avons reçu aucune communication officielle de la part des autorités des pays dans lesquels vivent ces compatriotes-là. 

Lire aussi : La galère insoutenable de plus de 200 guinéennes coincées à Dakar : "Enlevez-nous ici..."

Donc nous ne pouvons pas vous donner encore une fois les chiffres exacts mais les services ici notamment la Direction Générale des Guinéens de l’Etranger travaillent en étroit collaboration avec les services extérieurs pour identifier et déterminer le nombre de nos compatriotes atteints de la maladie.

Est-ce qu’il y a une assistance financière qui est prévue pour les guinéens de l’étranger ?

Concernant les représentations diplomatiques, je pense qu’aujourd’hui nous travaillons surtout avec les services extérieurs pour apporter assez de soulagement à nos compatriotes qui vivent dans leurs juridictions respectives. Nous essayons également d’encourager des différentes initiatives émanent de la diaspora guinéenne.

Sur le cas spécifique de la Chine, quelle est la situation réelle des guinéens ?

Je rappelle qu’il y a quelques semaines, le Ministre des affaires étrangères et des guinéens de l’étranger avait reçu l’Ambassadeur de la Chine en Guinée justement pour avoir des précisions sur la situation que vivaient non seulement des guinéens mais aussi des africains en Chine. Je pense que cet entretien a été très concluant parce qu’à date l’ensemble de nos compatriotes qui étaient dans cette situation de confinement ont pu retrouver leur résidence respective. En plus de cela, nous avions demandé à ce que les autorités chinoises facilitent le déplacement d’un certain nombre de membres du conseil des guinéens de Chine au sein de la province en question pour pouvoir apporter assistance à nos compatriotes qui étaient dans le besoin et malgré le confinement les autorités chinoises ont accédé à cette demande.

De nombreux guinéens se disent abandonnés par leurs représentations diplomatiques à l’étranger. Que répondez-vous ?

Je dois avouer que je n’ai pas toutes ces informations mais avec nos services nous allons nous y intéresser assez rapidement. Mais ce qui est certain, tous les groupes d’étudiants régulièrement établis à l’étranger qui s’adressent aux représentations je pense sont traités à juste mesure. Tous les groupes d’étudiants sont traités selon la disponibilité des moyens qu’il y a dans nos Ambassades. Mais on essaye d’accorder un traitement référentiel aux étudiants guinéens à l’étranger. Donc je suis très surpris d’apprendre cette information mais nous allons nous y intéresser.

Un message à l’endroit de nos compatriotes vivant à l’étranger ?

Je voudrais lancer un appel à l’ensemble de nos compatriotes vivant à l’étranger pour qu’ils continuent à respecter les mesures sanitaire prises par les autorités des pays dans lesquels ils vivent. Je voudrais également saluer toutes les initiatives de la diaspora qui ont été prises pour accompagner l’effort du gouvernement dans la lutte contre cette pandémie qui affecte le monde entier.

 

Interview réalisée par Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

Créé le Samedi 09 mai 2020 à 19:11