‘’Bras de fer’’ entre Paris et Conakry : le début des ‘’représailles’’ ?

Guinée

PARIS-Alors que les relations se sont dégradées ces dernières semaines entre Paris et Conakry, la Guinée vient d’être écartée d’un plan d’aide  de la France en faveur de certains pays d’Afrique  francophone pour faire face à la pandémie du Coronavirus. 

Face à l’urgence sanitaire mondiale liée à la pandémie de Coronavirus, la France a lancé un programme appelé Aphro-Cov, destiné à aider certains pays de l’Afrique Francophone. Soutenu et financé à hauteur de 1.5 millions d’euros par le ministère de l’Europe et des Affaires étrangères via l’AFD (agence française de développement), le projet est  et opéré par l’Inserm (Institut national de la santé et de la recherche médicale). Il  vise à renforcer le dispositif de surveillance, d’alerte précoce, de confirmation et de prise en charge des cas de Covid-19 dans cinq pays d’Afrique francophone : le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Gabon, le Mali et le Sénégal. 

Comme on le constate donc, la Guinée qui est pourtant frappée par l’épidémie de Covid-19 est exclue de ce programme. Pour l’heure les raisons cette mise à l’écart ne sont pas connues. Mais il faut dire que Conakry et Paris entretiennent des rapports assez tendus depuis quelques mois. Les relations diplomatiques se sont davantage dégradées ces dernières semaines lorsque la France a jugé le double scrutin controversé du 22 mars non crédible. Le diplomate français en poste à Conakry a même été convoqué après les critiques du Quai d’Orsay sur les élections en Guinée. Pourquoi la Guinée a été écarté du programme Aphro-Cov ? Est-ce un début de représailles économiques contre Conakry ? C’est là où est toute la question. 

Nous y reviendrons !

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Vendredi 03 avril 2020 à 16:50

TAGS