Guinée : "lâché" par Macron et ses alliés, Alpha "réconforté" par Poutine…

Double scrutin controversé du 22 mars en Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie
Alpha Condé, Président de la République de Guinée et Vladimir Poutine, président de la Fédération de Russie

CONAKRY- C’est sans doute une réaction qui mettra du "baume au cœur" du dirigeant guinéen Alpha Condé, de plus en plus « isolé » sur la scène internationale depuis la tenue du référendum contesté du 22 mars dont les résultats donnent une large victoire au "OUI" (91.59%) à la nouvelle constitution.

Contrairement à Paris et ses alliés qui ont jugé les élections du 22 mars "non crédibles", Moscou trouve que le double scrutin s’est déroulé d’une manière "organisée", bien que, malheureusement, des "provocations aient causé nombre de pertes en vies humaines".

 « Les élections législatives et le référendum constitutionnel ont eu lieu le 22 mars en République de Guinée. Dans son ensemble, le double scrutin s’est déroulé d’une manière organisée, bien que, malheureusement, des provocations aient causé nombre de pertes en vies humaines. Nous estimons que les autorités guinéennes prendront toutes les mesures nécessaires pour achever la procédure du dépouillement afin de présenter le bilan du référendum, dont le résultat doit être objectif et refléter la volonté du peuple guinéen – le seul qui puisse déterminer l'avenir de son pays », a déclaré la porte-parole officielle du Ministère des Affaires Etrangères  de Russie M.V.Zakharova.

Conakry et Paris entretiennent des relations très tendues depuis que  le président guinéen s’est engagé sur la voie de se doter d’une nouvelle constitution. Signe de la  dégradation poussée de leurs relations, l'ambassadeur de la France en Guinée a été convoqué par le chef de la diplomatie guinéenne après que le Quai d'Orsay, ait sorti une déclaration jugée "irrespectueuse" et "offensante" par Conakry.  Dans ce bras de fer diplomatique, la Fédération de Russie prend fait et cause pour Alpha Condé. Moscou trouve "inacceptable" les tentatives d'ingérence extérieure dans le processus électoral guinéen.

« Nous partons du principe que la décision sur la composition de l'organe législatif suprême et les modifications constitutionnelles est une affaire purement interne de l'Etat guinéen. À cet égard, les tentatives d'ingérence extérieure dans le processus électoral en République de Guinée sont inacceptables. Nous appelons toutes les forces politiques guinéennes à faire preuve de la plus grande retenue, de la plus grande responsabilité et de l’attachement aux compromis mutuels dans l’intérêt de la paix et des la stabilité dans la République de Guinée – pays ami de la Fédération de Russie », a ajouté M.V.Zakharova.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Créé le Samedi 28 mars 2020 à 16:53