Dix morts le jour du vote à Conakry: trois unités d’élite de l’armée mis à l’index…

Double scrutin controversé du 22 mars en Guinée
Image d'illustration
Image d'illustration

CONAKRY- Les guinéens étaient appelés aux urnes ce dimanche 22 mars 2020 pour élire leurs députés et voter « oui » ou « non » pour une nouvelle constitution. Si le "oui" l'emporte (ce qui est très probable), Alpha Condé pourrait rester au pouvoir jusqu’en 2032.

Boycotté par les principaux partis d’opposition, ce double scrutin controversé et vivement contesté a provoqué des violences çà et là dans le pays. A Conakry, la journée a été particulièrement meurtrière : 10 morts et plusieurs blessés, selon le Front National pour la Défense de la Constitution. Une première en Guinée. De mémoire d’homme, dans l’histoire politique récente du pays, jamais une journée de vote n’a été aussi sanglante. La communauté internationale et la société civile guinéenne se sont abstenues de déployer des observateurs.  

Dans une déclaration publiée ce soir le FNDC a salué la détermination du  peuple qui, selon lui, a « bravé les balles des forces de l’ordre qui ont arrêté massivement, tiré aveuglément, molesté cruellement, tuant au moins 10 personnes et blessant par balles plusieurs dizaines ».

Les opposants accusent trois unités d’élite de l’armée guinéenne d’être derrière ces crimes. « Ces crimes et exactions ont été perpétrés par des unités d’élite de l’Armée guinéenne à savoir le Bataillon Spécial de la Présidence (BSP), le Bataillon Autonome des Troupes Aéroportées (BATA) et les Forces Spéciales Guinéennes (FS) », accuse le FNDC dans sa déclaration.

Malgré la répression sanglante de la contestation, le FNDC appelle à intensifier les manifestations les jours prochains avec pour objectif ultime le départ du président Alpha Condé.

« Le FNDC appelle à intensifier les manifestations demain lundi 23 mars et mardi 24 mars 2020 avec pour objectif ultime le départ du dictateur Alpha Condé qui est devenu illégitime. Le FNDC invite les citoyens à se mobiliser massivement aux carrefours et ronds-points de leurs quartiers d’où partiront les manifestations », lit-on dans la note parvenue à notre rédaction.

Focus Africaguinee.com

Créé le Dimanche 22 mars 2020 à 20:46

TAGS