Gaoual réclame des sanctions contre Kébé: "Il doit être poursuivi pour haute trahison…"

Fichier électoral
Ousmane Gaoual Diallo
Ousmane Gaoual Diallo

CONAKRY-Les langues continuent de se délier après la publication du rapport-synthèse de l’audit du fichier électoral, par les experts électoraux de la CEDEAO (communauté des Etats d’Afrique de l’Ouest). Joint par Africaguinee.com, Ousmane Gaoual Diallo, le directeur de la cellule de communication de l’UFDG a déclaré que ce rapport est beaucoup plus grave pour Maitre Kébé. Il réclame des poursuites contre le président de l’organe électoral pour haute trahison.

« Le rapport bien que non exhaustif montre qu’il y a plus de 50% des électeurs guinéens inscrits qui posent problème. Il y a les 2 millions cinq cent mille électeurs qui sont enrôlés sans aucune pièce justificative et puis il y a deux autres millions qui ont été enrôlés avec des attestations contresignées. Il faut rappeler que ces attestations ont été produites par le RPG, distribuées par le RPG dans le pays pour servir de base à l’enrôlement de deux millions de personnes. Ces documents n’étaient ni autorisés, ni légaux. Cela pose problème », explique Ousmane Gaoual Diallo.

Accusant le président de la CENI d’être le responsable de cette situation, ce responsable de l’UFDG, reclame des poursuites et des sanctions contre maitre Salif Kébé, suivies surtout de sa démission dans l’organisation des élections.

« Comment se fait-il que le Président de la CENI qui a prêté serment, qui a juré d’organiser des élections libres et transparentes ait permis l’enrôlement des citoyens sur la base d’attestations contresignées. Ça pose un problème de crédibilité. Nous disons que ce rapport est beaucoup plus grave pour la situation de M. Kébé qui claironnait partout que le fichier électoral guinéen était le meilleur de la sous-région et qui, subitement hier fait volte-face, admet ses erreurs et s’empresse de dire qu’il va les corriger. Ce n’est ce que nous attendons de lui et de la CENI. Nous attendons sa démission de l’organisation de ces élections et même le poursuivre pour haute trahison parce que son acte inconséquent a conduit à la mort de nombreux guinéens. Aujourd’hui, on ne doit pas seulement se contenter de son départ, il doit être poursuivi et sanctionné. Ensuite qu’on revienne sur la base des éléments  du premier audit qui dit que tous les électeurs repassent devant la machine », a déroulé le député uninominal de Gaoual.

Pour lui, « On aurait pu éviter toute ces crises-là si on avait objectivement écouté les commissaires qui ont quitté l’organisation de ce processus en dénonçant un fichier corrompu, mal construit avec un dessein de garantir la continuation du pouvoir d’Alpha Condé dans notre pays ».

Affaire à suivre…

 

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 12 mars 2020 à 14:33