Alpha Condé n’exclut pas d’être candidat: « la mouvance peut vouloir me présenter… »

Référendum Constitutionnel
Alpha Condé, Président de la République de Guinée
Alpha Condé, Président de la République de Guinée

ADDIS- ABEBA-Dans une interview accordée à France 24 et RFI en marge du Sommet de l’Union africaine à Addis Abeba, le président guinéen Alpha Condé est revenu une nouvelle fois sur le référendum constitutionnel "controversé" du 1er mars. Il défend la nécessité pour son pays de se doter d'une nouvelle Constitution.

Le chef de l’État a aussi répondu aux critiques de ses adversaires qui l’accusent de vouloir remettre les compteurs à zéro pour pouvoir se représenter à la présidentielle d’octobre prochain. Au pouvoir en Guinée depuis 2010, le dirigeant guinéen, 81 ans n’exclut pas d’être candidat  à condition que son parti décide de le présenter. Mais pour lui, la priorité pour le moment est de doter la Guinée d’une nouvelle constitution qui répond aux besoins du monde actuel. Extrait.

"La constitution actuelle, nous sommes obligés de la violer par des accords politiques. La constitution guinéenne doit répondre aux besoins du monde actuel : parité entre l’homme et la femme, la lutte contre les mutilations génitales, la lutte contre le mariage des filles avant 18 ans et surtout le partage et le collecte des ressources (...)

Pour les élections, chaque parti est libre de présenter le candidat qu’il veut. La constitution c’est une chose, les élections présidentielles c'est autre chose. Demain, la mouvance peut vouloir me présenter comme présenter quelqu’un d’autre. Ce que les guinéens n’accepteraient pas, c’est cette démocratie à géométrie variable. C'est-à-dire on peut accepter que certains chefs d’Etat changent de constitution quatre fois, cinq fois, six fois, on ne dit rien. Et pourquoi la Guinée poserait problème alors qu’on a beaucoup d’autres cas ailleurs (…). J’ai été opposant, je n’ai jamais fait de violence. Depuis mon arrivée, l’opposition a tout le temps mis les gens dans la rue constamment, constamment. Donc, ce n’est pas la première fois.

Si nous voulons d’une constitution moderne, qu’est-ce qui est plus démocratique qu’un référendum ? Si le peuple est contre, il vote NON, s’il est pour, il vote OUI. Donc, je ne vois vraiment pas là où il y a le stratagème. Puisqu’ils ont la possibilité de mener campagne. S’ils sont majoritaires, le peuple votera NON. La constitution n’a rien à voir avec les élections présidentielles. Il s’agit de doter la Guinée d’une nouvelle constitution moderne qui réponde aux besoins actuels. L’opposition est libre de mener la campagne qu’elle veut, je ne m’intéresse pas à ça. Seul le peuple de Guinée est juge de ce que nous faisons".

Une synthèse de Diallo Boubacar 

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 655 311 112

Créé le Lundi 10 Février 2020 à 22:15