Amadou Diaby-Paul Put: la commission d'éthique fait des révélations accablantes

Corruption autour du Sily National
Des membres de la commission d'éthique de la Féguifoot
Des membres de la commission d'éthique de la Féguifoot

CONAKRY- Alors que l’audience de l’ancien vice-président de la Fédération Guinéenne de Football (FGF) Amadou Diaby et Paul Put ex coach du Syli National de Guinée est programmée pour le 28 février 2020 au niveau du Tribunal Arbitral du Sport (TAS), la commission d’Ethique de la FGF émet déjà des doutes ! Pour cette commission qui a rendu son verdict en 2019 reconnaissant Amadou Diaby et Paul Put coupables de malversations financières et de corruption, toutes les preuves n’ont pas été acheminées au TAS.

Ce dossier qui  est toujours pendant au TAS, n’a pas fini de révéler tous ses secrets. Au micro d’Africaguinee.com, Amadou Tham Camara, président de la commission d’Ethique de la Féguifoot, a fait part de quelques réserves. D'autant plus que les preuves qui accablent Paul Put et Amadou Diaby n'auraient pas été transmises au TAS. Or, en l'absence de preuves, les mis en cause risque de se tirer d'affaire en étant blanchis. 

‘’ Dans ce dossier, il y a assez d’éléments de preuves dont on a parlé (…), Alors que l’audience est programmée pour le 28 février, cette preuve n’a pas été envoyée au TAS. Nous l’avons transmis à la Fédération mais ça n’a pas été transmis au TAS. Il s’agit de la   preuve sonore et les relevés bancaires parce que les montants auxquels on fait allusion se trouvent sur le compte bancaire de Paul Putt. Ce ne sont pas des inventions montées mais des transactions faites’’, a-t-il révélé, avant de rappeler une fois encore que ces preuves n’ont pas été acheminées  au TAS.

Aux dires du président de cette commission qui émet des doutes, si aucune preuve n’est parvenue à Lausanne, il va sans dire que les deux ‘’prévenus’’ peuvent être purement et  simplement relaxés dans cette affaire.

‘’ Donc si les preuves ne partent pas, ces personnes vont être disculpées pour insuffisance de preuves non établies. Qui a décidé que les preuves ne partent pas? On en sait rien. Le procès c’est le 28 février et les preuves sont là. Pour qu’il y ait infraction de corruption il faut un corrompu et un corrupteur. Autrement dit, du moment où il n’y a pas de corrompu, le corrupteur aussi va être blanchi. Voilà vers où on se dirige, c’est suffisamment grave mais on ne peut pas se taire dessus. Nous avons voulu donc attirer l’attention des uns et des autres’’ a révélé Amadou Tham.

Poursuivant, ce membre de la Féguifoot, rappelle que son équipe a un rôle primordial d’établir la vérité des faits. Selon lui, la mission qui est dévolue à son entité est de moraliser la gestion du football guinéen.

‘’ Certes que cela ne plait pas à tout le monde mais nous sommes une commission d’éthique. Nous ne sommes contre personne, par contre nous sommes pour la moralisation de la gestion du football guinéen. C’est pour cette mission que nous sommes ici, mais nous allons droit dans le mur. La Fédération est organisée de façon qu’il y ait une seule porte d’entrée et de sortie, c’est le secrétariat général. C’est là-bas qu’on transmet le tout et c’est  censé aller à l’avocat, ensuite vers le TAS. Mais quand ça n’arrive pas au TAS on se pose des questions. Les preuves ne sont pas arrivées au TAS alors que l’audience est programmée pour le 28 Février’’ a confié Tham.

Pour lui, si ce dossier n’arrive pas à destination au siège du tribunal avant la date de l’audience, il est clair qu’Amadou Diaby va gagner  le procès au même titre que le technicien belge Paul Putt et qu’à leur niveau toutes les conséquences seront tirées.

‘’ Donc s’il n’y a pas de preuves il n’y a pas d’infraction. Si cette situation arrive, la commission va prendre acte et en toute indépendance nous allons en tirer toutes les conséquences’’ a indiqué Amadou Tham, qui dit ne pas être rassuré dans la conduite en dehors de la Guinée de ce ‘’dossier névralgique’’.

‘’ Nous ne nous sentons pas suffisamment rassurés dans la conduite de ce dossier en dehors de la Guinée. L’avocat de la FGF commis à cette tâche  doit travailler pour le compte de la FGF et avec loyauté mais nous avons l’impression que ce travail n’est pas fait avec loyauté’’, a regretté le président de la commission Ethique de la FGF.

Affaire à suivre…

 

BAH Boubacar LOUDAH

Pour Africaguinee.com

Tel : (+224) 655 31 11 13

Créé le Mardi 04 Février 2020 à 9:33