Mamadi Touré répond à Jean-Ives Le Drian: "On reconnait le droit à tous les peuples…"

Nouvelle Constitution
Mamadi Touré, ministre guinéen des Affaires Etrangères et Jean Ives Ledrian chef de la diplomatie française
Mamadi Touré, ministre guinéen des Affaires Etrangères et Jean Ives Ledrian chef de la diplomatie française

CONAKRY-La sortie du ministre des Affaires Etrangères de la France, Jean-Ives Le Drian ne laisse pas de marbre le chef de la diplomatie guinéenne qui a répliqué ce jeudi 16 janvier 2020 dans la soirée.

Interpelé hier sur la crise guinéenne marquée par un vent de contestations meurtrières contre le projet de nouvelle constitution dont Alpha Condé est porteur, le chef de la diplomatie française n’est pas passé par le dos de la cuillère pour montrer que son pays, la France n’est pas trop emballée par ce projet.

« Nous sommes aujourd’hui particulièrement soucieux de la situation en Guinée et nous appelons à l’apaisement. Nous sommes très attentifs avec nos partenaires à l’apaisement en Guinée. C'est la situation la plus sensible aujourd'hui (dans la région) et l'engagement du président Alpha Condé à demander une réforme de la Constitution ne nous paraît pas être obligatoirement partagé ni par sa population ni par ses voisins », a indiqué Jean-Ives Le Drian.

Lire aussi-Nouvelle Constitution en Guinée : « un projet pas obligatoirement partagé par la population », selon la France

La réponse de son homologue guinéen ne s’est pas faite attendre. Rappelant que le président guinéen Alpha Condé avait confié à son premier ministre la responsabilité d’engager de larges consultations avec toutes les forces vives relatives à la question d’une nouvelle constitution, Mamadi Touré souligne que le chef de l’Etat, usant de sa prérogative constitutionnelle a pris la décision de consulter son peuple afin de déterminer quel est son choix et sa volonté.

« La République de Guinée respectueuse de la souveraineté de  tous les Etats reconnait le droit de tous les peuples du monde de faire le choix de leur avenir et de décider de leur destin. Tout comme ouverte au débat et à la contradiction propre à la démocratie, la Guinée reconnait à chacun de ses citoyens et à d’autres le droit et la liberté de donner leurs points de vus sur n’importe quels sujets qui  ne peut faire l’unanimité dans aucun pays et dans aucune société démocratique », a répliqué Mamadi Touré.

Et d’enfoncer le clou : « Dans le respect des lois qui la régisse, la République de Guinée rassure tous ses partenaires que ces choix tiendront compte dans la transparence et l’équité dans la volonté du peuple seul souverain de ses engagements internationaux », a tranché le ministre guinéen des affaires étrangères.

Diallo Boubacar 1

Pour Africaguinee.com

Tel : (00224) 655 311 112

Créé le Jeudi 16 janvier 2020 à 22:51