Washington veut réduire sa présence militaire en Afrique

Etats-Unis

L’armée américaine déploie par rotation sur le continent 7 000 soldats qui mènent des opérations conjointes avec les troupes nationales contre les djihadistes.

Washington veut réduire sa présence militaire en Afrique et cette annonce, faite au moment où la France réunit les dirigeants du G5 Sahel pour tenter de resserrer le front antidjihadiste, hypothèque les efforts déployés par les Européens pour aider la région.

Les ressources que le Pentagone consacre à l’Afrique ou au Moyen-Orient « pourraient être réduites et ensuite redirigées, soit pour améliorer la préparation de nos forces aux Etats-Unis, soit vers le Pacifique », a déclaré le chef d’état-major américain, le général Mark Milley, à son arrivée dans la nuit du dimanche 12 au lundi 13 janvier à Bruxelles pour une réunion du comité militaire de l’OTAN mardi et mercredi.

« Nous sommes en train d’élaborer des options pour le ministre » américain de la défense, Mark Esper, a expliqué le général Milley à quelques journalistes dont l’AFP. Cette réflexion se fait « en coordination avec nos alliés et nos partenaires dans les zones concernées », a-t-il précisé.

Le président français Emmanuel Macron réunit lundi les présidents de cinq pays du Sahel – Tchad, Niger, Burkina Faso, Mali et Mauritanie – pour renforcer la légitimité contestée des militaires français déployés sur place et tenter de mobiliser les alliés européens.

Les Etats-Unis veulent réduire le nombre de leurs militaires déployés à travers l’Afrique au cours des prochaines années et se concentrer davantage sur la réponse aux menaces posées par leurs concurrents russes et surtout chinois. L’armée américaine déploie par rotation en Afrique quelque 7 000 soldats des forces spéciales qui mènent des opérations conjointes avec les armées nationales contre les djihadistes, notamment en Somalie.

Coopération avec « Barkhane »

En outre, 2 000 soldats de l’armée de terre mènent des missions de formation dans une quarantaine de pays africains et participent à des opérations de coopération, notamment avec les forces françaises de l’opération « Barkhane » au Mali, auxquelles ils fournissent une assistance principalement logistique.

M. Esper envisagerait ainsi de fermer une base de drones à Agadez, dans le nord du Niger, dont le coût a été estimé à une centaine de millions de dollars et qui donne aux Etats-Unis une plate-forme de surveillance de premier plan au Sahel. Questionné à ce sujet, le général Milley a assuré que le chef du Pentagone n’avait encore « pris aucune décision ». « Economiser nos forces ne veut pas dire les ramener à zéro », a-t-il assuré. L’examen des forces en Afrique « se poursuit ».

La question de la présence militaire américaine en Irak, remise en cause depuis l’élimination le 3 janvier par les Etats-Unis du général iranien Qassem Soleimani, figurera aussi au menu des discussions à l’OTAN alors que les alliés s’inquiètent d’une résurgence du groupe Etat islamique en Irak et en Syrie.

Le parlement irakien a demandé l’expulsion des 5 200 soldats américains déployés en Irak, ce qui remet en cause la présence des troupes des soixante-quinze autres Etats membres de la coalition antidjihadiste emmenée par Washington.

Sur ce point, le général Milley a rappelé que ce n’était pas lui qui prenait les décisions sur un maintien ou non des troupes américaines dans un pays, mais le président des Etats-Unis, Donald Trump. « Tout ce que je peux dire, c’est ce que sont notre politique actuelle et nos plans actuels, a-t-il précisé. Et les instructions que j’ai reçues du ministre de la défense et du président, c’est que nous restons en Irak. »

AFP

Créé le Lundi 13 janvier 2020 à 19:41

TAGS