Grève: deux proches d’Aboubacar Soumah arrêtés à Kaloum…

Grève des enseignants
Aboubacar Soumah Secrétaire Général du SLECG et son adjoint Abdoulaye Portos Diallo
Aboubacar Soumah Secrétaire Général du SLECG et son adjoint Abdoulaye Portos Diallo

CONAKRY-Après l’échec de la première journée de négociation entamée ce lundi 13 janvier 2020, deux proches d’Aboubacar Soumah ont été arrêtés aujourd’hui à Kaloum.

Selon nos informations Abdoualye Portos Diallo et Amara Mansa Doumbouya ont été mis aux arrêtés peu après leur départ du ministère de la fonction publique.

La première rencontre qui a réuni les responsables du syndicat libre des enseignants et chercheurs de Guinée SLECG et le gouvernement n’a pas porté fruit. Conséquences : la grève dans le secteur éducatif reste maintenue.

La délégation du Slecg conduite par Aboubacar Soumah et les représentants du gouvernement se sont séparés en queue de poisson ce lundi 13 janvier 2020 sans aucun compromis autour de la suspension de la grève déclenchée le jeudi dernier.

Joint au téléphone par notre rédaction, Aboubacar Soumah a confirmé l’arrestation de ses deux camarades. Le secrétaire général du SLECG a confié qu’ils sortaient de la salle des négociations lorsque MM. Abdoulaye Portos Diallo et Amara Mansa Doumbouya ont été arrêtés.

Le chargé de  communication du SLECG nous a confié que la partie syndicale s’est retirée peu après le début de la réunion à cause de l’inculpation de neuf (9) de leurs camarades syndicalistes placés en détention.

 « La réunion n’a pas porté fruit. Nous avons accepté de répondre respectueusement à l’invitation du gouvernement, nous avons été et on les a écoutés mais nous leur avons dit qu’on ne peut pas négocier pendant que nos camarades sont en train de croupir en prison. Ils nous ont dit que le dossier est déjà parti en justice et ils ne peuvent plus intervenir. Alors nous avons répondu qu’il n’y avait pas de problème, que nous pensions qu’ils voulaient la paix donc nous nous retirons. Après ils nous ont demandé de suspendre la grève et concernant nos camarades ils vont voir ça après. Nous avons répondu que tant qu’une solution n’est pas trouvée à cette situation on ne reviendra pas autour de la table et c’est sur ça qu’on s’est quitté », a expliqué le chargé de communication du SLECG avant de déplorer l’arrestation de de ses camarade syndicalistes.

Oumar Bady Diallo

Pour Africaguinee.com

Tel: (00224) 666 134 023

 

Créé le Lundi 13 janvier 2020 à 20:57

TAGS