Aly Thiam, président des magistrats : « Nous n’avons aucun bras de fer avec le Chef de l’Etat… »

Justice
Aly Thiam, Président de l'association des magistrats de Guinée
Aly Thiam, Président de l'association des magistrats de Guinée

CONAKRY-Le président de l’association des magistrats de Guinée vient d’apporter des précisions sur le décret fixant le régime uniforme de rémunération et pension des magistrats de l’ensemble des juridictions. Au micro d’Africaguinee.com Mohamed Aly Thiam a précisé qu’il n’y a aucun bras de fer entre le président de la République et les magistrats à cause de ce décret. Au contraire, dit-il, ils sont satisfaits de ce décret qui selon lui, vient réparer une « injustice ». Voici sa réaction.

« J’aimerais qu’on précise une chose parce que votre article est intitulé « bras de fer entre le président de la République et les magistrats ». De quel magistrat il s’agit ? Parce que je suis le président de l’association des magistrats de Guinée, mais je ne suis pas au courant de l’existence d’un bras de fer entre le président de la République et les magistrats. Peut-être qu’il en existe, mais je ne sais de quel magistrat s’agit-il. Donc un tel article nous a surpris. S’il doit y avoir de bras de fer, je suis le porte parole des magistrats en tant que leur Président. Or, je ne suis pas au courant de l’existence d’un tel bras de fer. Au contraire, nous sommes reconnaissants au Président de la République d’avoir pris ce décret. Parce qu’il vient réparer une injustice. 

Depuis 2015, les magistrats de la Cour Constitutionnelle, les magistrats de la Cour des Comptes touchent un salaire de loin au-dessus de l’ensemble des magistrats de la Guinée. Figurez-vous que le greffier de chacune des deux Cours  est mieux payé que le premier président de la Cour Suprême dont le salaire ne faisait pas la moitié du salaire des greffiers des deux Cours. Est-ce que cela est normal ? Mais aucun journaliste n’a parlé de cette injustice. 

Mieux, notre Constitution a organisé trois Pouvoirs (exécutif, législatif, judiciaire). La Cour des Comptes fait partie du Pouvoir judiciaire, la Cour Constitutionnelle ne fait partie dans aucun des trois pouvoirs. Elle est un organe régulateur, mais pas un organe de Pouvoir. On lit dans votre article qu’elle est la plus haute juridiction alors qu’elle n’est au-dessus d’aucune juridiction. Par contre la Cour Suprême est au-dessus de toutes les juridictions qui existent dans le pouvoir judicaire. Si on peut attribuer la plus haute juridiction à une juridiction, c’est la Cour Suprême et non pas la Cour Constitutionnelle qui est un organe complètement à part en dehors de tout Pouvoir. 

Ensuite, la Cour Suprême est la seule juridiction qui juge de l’ensemble des magistrats y compris des magistrats de la Cour Constitutionnelle. Celui qui juge et celui qui est jugé qui est au-dessus ? C’est celui qui juge. C’est la Cour Suprême qui juge. Venons au premier président de la Cour Suprême : c’est le magistrat qui a la plus longue carrière de toutes les juridictions. Aujourd’hui, il a 42 ans d’exercice. Or, lorsque vous prenez un salaire quel qu’il soit, la rémunération comprend : le salaire indiciaire plus les indemnités. Ce sont les deux qui font la rémunération d’un magistrat quel qu’il soit. Quel est le magistrat de toutes les hautes juridictions qui a le même nombre d’années d’exercice que le président de la Cour Suprême ? Personne ! Donc du point de vue salaire indiciaire, il doit avoir celui qui est le plus élevé. On ne peut pas comparer. Or si compare le salaire, ceux qui sont les plus jeunes sont mieux payés de loin celui qui a le plus longtemps servi l’Etat. Pensez-vous qu’il y a justice ? Alors ce décret est venu réparer une injustice. 

Les magistrats de la Cour Suprême ont une moyenne d’âge de carrière de loin supérieur aux magistrats des autres juridictions. C’est pour cela que les magistrats ont protesté, ils ont posé leur problème, le président de la République a pris un décret qui les replace dans leur droit. Et il y a une disposition où on affecté à chacune des juridictions  l’indice de calcul du salaire indiciaire après on a fait un tableau des indemnités. Donc pour comparer, il faut bien lire le décret et surtout savoir pourquoi le décret a été pris. Le décret a été pris pour corriger une injustice. Ce n’est pas normal qu’un greffier d’une juridiction quelle qu’il soit, soit mieux payé que les magistrats de la Cour Suprême.

 Je rappelle que ces gens-là sont payés à ces salaires depuis 2015. Personne n’en a parlé jusqu’aujourd’hui. Les magistrats ont posé leur problème sans avoir voulu aller à une grève ou à  quelque manifestation que ce soit. On a mis les principes, on a visé les Lois et le Président de la République a été heureusement convaincu que le droit était de notre côté. Il a réparé l’injustice. 

Donc, il n’y a pas de bras de fer. Nous sommes satisfaits. Je ne crois qu’il y ait dans ces juridictions un magistrat qui voudrait rentrer dans un bras de fer avec le Président de la République. Parce que le décret n’a diminué le salaire de personne. Il a respecté ce qu’on appelle le Droit acquis. Tout ce qu’ils ont déjà acquis est resté. Tout ce qu’on a fait, c’est de monter les magistrats de l’ordre judicaire à ce niveau. Là aussi on a respecté le déroulement de la carrière. Ceux qui sont plus anciens ont eu le salaire indiciaire qui correspond à leur grade et échelons plus les indemnités qui correspondent à leur fonction ». 

 

Propos recueillis par Diallo Boubacar 1

Pour Afriicaguinee.com

Tél. : (00224) 655 311 112  

Créé le Lundi 13 janvier 2020 à 9:48

TAGS