Guinée : Comment la grève a été suivie à Conakry ?

Grève des enseignants
Une école publique de la capitale Conakry
Une école publique de la capitale Conakry

CONAKRY-Les cours ont été considérablement perturbés dans certaines écoles de la capitale ce jeudi 9 janvier 2020, premier jour de grève des enseignants. Ce qui a provoqué des scènes de violences à certains endroits.

Dans des établissements scolaires publics se trouvant dans les communes de Matoto, Matam et Ratoma où nous nous sommes rendus, nous avons remarqué que de nombreux enseignants solidaires du mot d’ordre lancé par le Slecg ont boudé les salles de classes.

Selon notre constat au grand lycée Léopold Sedar Senghor de Yimbaya et au collège Yaguine et Fodé de Yimba, aux environs de 12h la majorité des salles de classes étaient vides, plusieurs élèves ralliaient la maison.

Rencontré dans la cour, un élève en classe de  11ème année de ce grand établissement nous a confié que la plus part des professeurs ont brillé par leur absence.

« Notre professeur de philosophe n'est pas venu, c'est pourquoi on rentre à la maison. J’appelle le gouvernement à dialoguer avec le syndicat pour éviter de nous faire perdre l’année scolaire », a demandé Mohamed I Camara.

Même situation chez cette collégienne qui parle de l’absence des professeurs au collège Yaguine et Fodé.

« Nous avons suivi les cours jusqu'à 12 h. Chimie et Français. Mais les élèves en 9ème année et 10èmeannée n'ont pas eu de professeurs », a déclaré Saranké Cisse.

Selon les informations fournies par le procureur du lycée Leopold Sedar Senghor de Yimbaya, 18 enseignants étaient présents sur un effectif de 23.  Et  1467 élèves étaient présents sur un effectif de 1598. Ce proviseur interpelle les enseignants.

« Les cours ont été bien dispensés ici. Je demande aux camarades syndicats de revenir à un meilleur sentiment. Dans le syndicalisme, il faut accepter les négociations », a lancé Amara Balato Keita, proviseur du lycée Leopold Sedar Sengho.

Du Côté du lycée Kipé et du lycée 1er mars de Matam, certains enseignants sont restés à la maison tout comme les élèves.

« Les professeurs affiliés à la centrale syndicale USTG-SLECG ne sont pas venus. Mais nous autres nous ne sommes pas en grève. Donc on a dispensé les cours », a déclaré Mr Mansaré, professeur au lycée 1er mars de Matam.

En cette journée de grève, on observe un dispositif sécuritaire composé de policiers aux environs de certaines écoles de la commune de Matoto.

Bah  Aissatou

Pour Africaguinee.com

Créé le Jeudi 09 janvier 2020 à 16:58